Politique

Côte d’Ivoire : l’opposition annonce la formation d’un « Conseil national de transition » présidé par Bédié

Alors que les résultats de la présidentielle sont attendus dans les heures qui viennent en Côte d’Ivoire, l’opposition annonce la création d’un « Conseil national de transition » et la formation prochaine d’un « gouvernement de transition ».

Par - à Abidjan
Mis à jour le 2 novembre 2020 à 21:36

Henri Konan Bédié, lors du meeting du PDCI à Yamoussoukro, le 12 septembre 2020. © Diomande Ble Blonde/AP/SIPA

Alors que la Côte d’Ivoire est suspendue à la publication des résultats de l’élection présidentielle, attendus dans les heures qui viennent, la coalition de l’opposition a annoncé dans la soirée la création d’un « Conseil national de transition », dirigé par l’ancien président Henri Konan Bédié, patron du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

À Lire Présidentielle en Côte d’Ivoire : une élection aux deux visages, symbole d’un pays divisé

Elle en détaille les objectifs dans un communiqué : « préparer le cadre de l’organisation de l’élection présidentielle juste, transparente et inclusive », « mettre en place, dans les prochaines heures, un gouvernement de transition » et « convoquer les assises nationales pour la réconciliation nationale en vue du retour à une paix définitive en Côte d’Ivoire ».

« Désobéissance civile »

L’opposition conclut en appelant les Ivoiriens « à exprimer leur joie par des manifestations populaires » et dit maintenir son mot d’ordre de « désobéissance civile ».

La veille, elle avait dénoncé par la voix de son porte-parole, Pascal Affi N’Guessan, « un simulacre d’élection » et plaidé pour l’ouverture d’une transition civile.

À Lire [Série] Ouattara-Bédié : le dernier combat

Dès fin la fin du mois de septembre, Pascal Affi N’Guessan et Henri Konan Bédié, dont les candidatures avaient été validées par le Conseil constitutionnel, avaient appelé au « boycott actif » du processus électoral, jugeant illégale la candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat. Ils avaient alors demandé à leurs partisans de « s’abstenir de participer tant en ce qui concerne la distribution des cartes électorales qu’en ce qui concerne la campagne électorale » et d’« empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin ».

L’unique candidat à avoir effectivement fait campagne face à Alassane Ouattara est Kouadio Konan Bertin, dit KKB, un dissident du PDCI qui se présentait en indépendant.

Samedi, le premier tour de la présidentielle a été marqué par des incidents dans plusieurs localités du pays.