Politique

RDC : Katumbi accepte de participer aux consultations de Tshisekedi

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 02 novembre 2020 à 15h45
Félix Tshisekedi (à g.) et Moïse Katumbi, à Paris, en décembre 2015, lorsque les deux hommes étaient dans l’opposition face à Kabila.

Félix Tshisekedi (à g.) et Moïse Katumbi, à Paris, en décembre 2015, lorsque les deux hommes étaient dans l'opposition face à Kabila. © Pierre Boisselet pour JA

Moïse Katumbi s’apprête à officialiser sa participation aux consultations politiques annoncées par Félix Tshisekedi. L’opposant devrait arriver à Kinshasa le 6 novembre.

L’opposant Moïse Katumbi sera donc l’un des premiers poids lourds de la scène politique congolaise à répondre favorablement aux consultations politiques annoncées le 23 octobre par Félix Tshisekedi.

Après avoir officiellement reçu ce lundi son invitation à y participer, le chef de file d’Ensemble pour la République et de la plateforme Ensemble pour le changement, principale force politique d’opposition à l’Assemblée avec 70 députés, est attendu à Kinshasa le 6 novembre.

L’ancien gouverneur du Katanga doit officialiser sa position dans la journée par le biais d’un communiqué que Jeune Afrique a pu consulter en exclusivité.

Le « conseil des sages » de son parti y explique que Katumbi a décidé de « répondre positivement à l’invitation du chef de l’État afin d’apporter sa contribution à la recherche des solutions consensuelles », mettant ainsi, ajoute le communiqué, les « intérêts supérieurs de la Nation au-dessus des affinités politiques, des intérêts catégoriels et des ambitions personnelles ».

Évoquant notamment l’insécurité persistante dans l’Est, la pandémie de Covid-19, mais aussi les « divergences profondes qui déchirent la classe dirigeante sur des questions majeures » et « compromettent gravement la paix civile », Moïse Katumbi dit rester « fidèle à sa ligne de conduite », à savoir une opposition « républicaine », différente de celle jugée plus « radicale » de Martin Fayulu.

Avenir de Lamuka

Sera-t-il suivi par ses partenaires de Lamuka ? Ces derniers jours, l’incertitude semblait régner dans les rangs de la coalition d’opposition, dont plusieurs membres affirmaient encore ce lundi matin que des consultations préalables devaient se tenir pour définir une position commune. « Si nous n’y parvenons pas, alors chacun pourra adopter la position qu’il souhaite », expliquait un des cadres de Lamuka au cours du week-end.

Samedi matin, plusieurs partisans de Martin Fayulu s’était rassemblés devant son hôtel à Kinshasa, le Faden House, afin de clamer leur opposition aux consultations du chef de l’État.

Dans l’esprit des proches du président Tshisekedi, l’idée d’un renversement de majorité – objectif de ces consultations –  implique notamment un ralliement de Katumbi. Des contacts entre les deux états-majors ont existé par le passé, mais n’avaient jusqu’à présent pas abouti.

Moïse Katumbi s’était par ailleurs rendu à Brazzaville, quelques jours avant l’annonce des consultations. Brazzaville où Martin Fayulu était également en fin de semaine dernière et dont Félix Tshisekedi est rentré dimanche soir.

Ces consultations permettront-elles à Katumbi et Tshisekedi de trouver un terrain d’entente ? L’entourage de Moïse Katumbi, qui a travaille encore au lancement officiel de son parti Ensemble pour la République, se veut pour le moment prudent.

Nouvelle majorité

Surtout, un éventuel ralliement de Moïse Katumbi ne suffirait pas à renverser les équilibres au sein de l’Assemblée nationale, majoritairement acquise au Front commun pour le Congo (FCC, de Joseph Kabila) et où Cap pour le changement (Cach), la coalition de Félix Tshisekedi, dispose de moins de 50 députés sur 500.

Les consultations ont néanmoins officiellement débuté ce lundi. Plusieurs représentant religieux doivent y participer, de même des représentants d’autres organisations. Parmi elles, la Ceni, dont le président sortant, Corneille Nangaa, a été le premier a être reçu. De son côté, le FCC de Joseph Kabila n’a toujours pas arrêté de position officielle.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte