Elections

Tanzanie : John Magufuli déclaré vainqueur de la présidentielle, l’opposition conteste

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 31 octobre 2020 à 17h09
John Magufuli lors d'un rassemblement de campagne, le 27 octobre 2020.

John Magufuli lors d'un rassemblement de campagne, le 27 octobre 2020. © AP/Sipa

Le président sortant de la Tanzanie, John Magufuli, a été déclaré vendredi vainqueur de la présidentielle avec 84,39% des suffrages exprimés.

« La Commission déclare John Magufuli du (parti au pouvoir) CCM, qui a remporté la majorité des voix, vainqueur de l’élection présidentielle », a déclaré le président de la NEC Semistocles Kaijage. L’opposition a d’ores et déjà rejeté en bloc l’élection, criant à la fraude massive.

Principal adversaire de John Magufuli, Tindu Lissu, avocat de 52 ans et candidat du Chadema, principale formation de l’opposition recueille 13,03% des suffrages exprimés.

Le reste des voix est éparpillé entre les 13 autres candidats.

Bulldozer

Surnommé le « bulldozer » et élu en 2015 sur un radical programme anticorruption, John Magufuli a été accusé de dérive autoritaire durant son premier mandat, marqué par un recul très net des libertés individuelles et des droits humains, selon de nombreux défenseurs des droits de l’Homme.

Le taux de participation s’élève à 50,72% des quelque 29,75 millions d’électeurs.

Le CCM de John Magufuli, ancien parti unique, au pouvoir sans discontinuer depuis l’indépendance, rafle également la quasi-totalité des 264 sièges du Parlement, attribués lors du scrutin législatif couplé à la présidentielle, selon les derniers résultats publiés par la NEC.

L’opposition dénonce une « fraude »

Tindu Lissu avait dès jeudi, par avance, rejeté l’ensemble des résultats des scrutins présidentiel et législatifs tenus sur la partie continentale et sur l’archipel semi-autonome de Zanzibar, qui forment la République unie de Tanzanie (environ 58 millions d’habitants).

Ce « n’était pas une élection » mais l’oeuvre d’un « gang qui a décidé de rester au pouvoir coûte que coûte », avait accusé Tindu Lissu, qualifiant les résultats d’ »illégitimes ».

« Le changement démocratique n’est pas possible en Tanzanie », avait-il déploré, dénonçant « une fraude électorale d’une ampleur sans précédent » dans le pays.

Appels à manifester

La Tanzanie n’autorise pas de contestation en justice du résultat de la présidentielle – une procédure possible pour les législatives – et Tindu Lissu a appelé ses partisans à des manifestations « démocratiques et pacifiques » et au soutien de la communauté internationale.

« Nous appelons d’abord à de nouvelles élections dès que possible. Nous appelons à des manifestations continues et pacifiques à partir de lundi dans tout le pays jusqu’à ce que nos revendications soient satisfaites », a déclaré Freeman Mbowe, chef du principal parti d’opposition, Chadema, lors d’une conférence de presse conjointe à Dar es Salaam avec une autre formation, l’ACT-Wazalendo.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte