Politique

[Série] Libye : Nader Ezzabi veut préserver l’île de Farwa (2/5)

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 16 novembre 2020 à 10h09
La plage de Farwa, au large de la Libye, le 02 novembre 2018.

La plage de Farwa, au large de la Libye, le 02 novembre 2018. © Karlos Zurutuza

« Le Maghreb face aux catastrophes écologiques » (2/5) Nader Ezzabi s’attèle à sauver l’île de Farwa, habitat essentiel de tortues d’Égypte, en voie de disparition. Mais le site est menacé par la pollution chimique, et le désintérêt des autorités.

Malgré la mauvaise connexion téléphonique, le bruit lourd des pneus qui s’écrasent au sol après avoir heurté une crevasse ne laissent aucun doute : Nader Ezzabi, le président de l’association libyenne de protection environnementale Beseda, a quitté la route côtière principale. Cap sur sur l’île de Farwa, à 15 km de la frontière tunisienne.

« Je profite du week-end pour me baigner avant de reprendre le travail », précise ce commerçant de 41 ans, originaire de la région. Une habitude prise enfant aux côtés de son père qui faisait le trajet chaque semaine alors qu’ils vivaient encore à Tripoli, à 160 kilomètres plus à l’Est.

À 15 mètres près, Farwa pourrait être une

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte