Politique

[Série] Algérie : Karim Tedjani à la rescousse de la biodiversité (3/5)

Réservé aux abonnés | | Par
Vue du ciel, la région de Guerbes-Sanhadja s'apparente à un enchevêtrement de lacs et de forêts entre mer et montagne.

Vue du ciel, la région de Guerbes-Sanhadja s'apparente à un enchevêtrement de lacs et de forêts entre mer et montagne. © DR

« Le Maghreb face aux catastrophes écologiques » (3/5) Industrialisation, eaux usées, surexploitation des rivières… le militant Karim Tedjani rassemble sur son site activistes écologistes et scientifiques pour dénoncer les pollutions.

Quand en 2009 Karim Tedjani décide de retourner en Algérie – il est né en France -, il ne reconnaît plus la magnifique région d’origine de ses parents : Guerbes-Sanhadja. Un enchevêtrement de lacs et de forêts entre mer et montagne, où il a passé toutes ses vacances enfant, au sein d’une famille de paysans.

Ces 42 000 hectares d’espaces naturels – classés en 2001 par la convention internationale de Ramsar pour la conservation des zones humides  -, se situent à une quarantaine de kilomètres de Skikda, ville côtière de l’Est, connue pour son méga complexe pétrochimique et sa raffinerie de pétrole.

Il leur consacre dès lors un premier site internet puis en crée un deuxième l’année suivante, élargi aux problématiques environnementales du pays. Il le baptise Nouara, en hommage à sa grand-tante qui lui a inculqué « amour et respect de la nature sauvage ».

Sur le terrain, Karim Tedjani s’oppose aux agriculteurs qui défrichent la forêt pour planter des pastèques, gourmandes en eau, au détriment des lacs et de leurs colonies d’oiseaux, déjà menacés par les eaux usées des agglomérations environnantes. Il n’obtient pas gain de cause mais ce baptême du feu ne fait que renforcer sa détermination. 

Karim Tedjani rassemble sur son site activistes écologistes et scientifiques pour dénoncer la pollution.

Karim Tedjani © DR

Sa plus grande fierté : avoir contribué à empêcher l’installation d’un complexe pétrochimique dans sa région, grâce à « un combat médiatique et un travail de lobbying auprès de la société civile locale et des autorités » entamé en 2013, à coups de pétitions qu’il lance à tout va.  

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte