Banque

Oragroup-CGRAE : trois leçons d’un veto inédit dans la finance ouest-africaine

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 30 octobre 2020 à 18h37
Façade d'une agence de la banque Orabank à Abidjan, en Côte d'Ivoire, en mars 2016.

Façade d'une agence de la banque Orabank à Abidjan, en Côte d'Ivoire, en mars 2016. © Jacques Torregano pour Jeune Afrique

Manque de transparence, incertitudes politiques et contraintes réglementaires redoublées ont conduit au rejet d’une transaction historique dans la finance ouest-africaine. L’analyse de Jeune Afrique.

C’est par une déclaration succincte, le 29 octobre, que le groupe bancaire Oragroup, a « pris acte » de l’avis conforme défavorable de la Commission bancaire de l’Union monétaire ouest-africaine (CBUMOA) quant à son changement d’actionnaire majoritaire. La décision du régulateur met un frein à la reprise, annoncée en novembre 2019, par l’Institut de prévoyance sociale – Caisse générale de retraite des agents de l’État (IPS-CGRAE) des parts d’Oragroup détenues par le fonds d’investissement panafricain Emerging Capital Partners (ECP) et ses partenaires institutionnels (Proparco, DEG, BIO et BOAD). Fin 2019, Oragroup était détenu à 50,01 % par ECP Financial Holding et à 9 % par l’IPS-CGRAE.

Comme l’a révélé Jeune Afrique Business+, la direction de la caisse de retraite, assurée par Abdourahmane Berté, s’attèle déjà à trouver de nouveaux partenaires afin de convaincre le régulateur et de finaliser la transaction, notamment du côté des autres caisses de retraites de la sous-région.

Un coup d’arrêt « temporaire » ?

Le veto de la CBUMOA met cependant un coup d’arrêt – temporaire, insistent les parties au dossier – à une opération historique dans le secteur financier ouest-africain, à savoir la reprise d’un établissement bancaire par un gestionnaire local de fonds de retraite.

La décision du régulateur signale aussi certaines faiblesses dans la préparation de cette transaction, ainsi qu’une mauvaise appréciation tant du renforcement récent des exigences réglementaires que de l’environnement politique régional, en pleine turbulences, selon plusieurs leaders du secteur interrogés par Jeune Afrique, qui ont requis l’anonymat pour commenter une opération impliquant un acteur financier majeur de la région et une entreprise cotée en Bourse.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte