Politique

Présidentielle au Niger : le fils de Mahamadou Issoufou nommé directeur de campagne de Mohamed Bazoum

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L’ancien ministre de l’Intérieur Mohamed Bazoum a quitté le gouvernement nigérien le 29 juin pour se consacrer à la prochaine présidentielle, à laquelle il est candidat pour le parti au pouvoir.

L’ancien ministre de l’Intérieur Mohamed Bazoum a quitté le gouvernement nigérien le 29 juin pour se consacrer à la prochaine présidentielle, à laquelle il est candidat pour le parti au pouvoir. © Vincent Fournier/JA

Sani Mahamadou Issoufou, fils du président Mahamadou Issoufou, a été nommé directeur de campagne de Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir à la présidentielle de décembre. Une décision loin d’être anodine.

Selon nos informations, Sani Mahamadou Issoufou a été choisi le 28 octobre par le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) pour diriger la campagne de Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir pour l’élection présidentielle dont le premier tour aura lieu le 27 décembre.

Directeur de cabinet adjoint du chef de l’État, Sani Mahamadou Issoufou est surtout le fils de Mahamadou Issoufou, qui l’a lui-même nommé à la présidence en 2016.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte