Politique

Présidentielle au Niger – Hamidou Mamadou Abdou : « C’est aux Nigériens de jouer le rôle de vigie »

Réservé aux abonnés | | Par
Hamidou Mamadou Abdou, établi au Canada, a créé en 2019 le Rassemblement national africain (RANAA) sous les couleurs duquel il se présente à la présidentielle.

Hamidou Mamadou Abdou, établi au Canada, a créé en 2019 le Rassemblement national africain (RANAA) sous les couleurs duquel il se présente à la présidentielle. © BRUNO LEVY POUR JA

Novice en politique, Hamidou Mamadou Abdou se présente à la présidentielle nigérienne sous les couleurs du Rassemblement national africain, un parti qu’il a lancé en 2019. Installé au Canada, où il a fait sa carrière, il assure cependant ne pas être une « diaspo déconnecté ».

Hamidou Mamadou Abdou est candidat à la présidentielle du 27 décembre au Niger. Pour le patron de Cima Global, spécialisé dans l’énergie, le transport, les infrastructures et le développement durable, cette entrée en politique est une nouveauté. Le Nigérien établi au Canada a créé en 2019 le Rassemblement national africain (RANAA). Et il se présente également aux législatives à Zinder.

De passage à Paris pour rencontrer la diaspora et tisser son réseau, Hamidou Mamadou Abdou a accordé une interview à Jeune Afrique mi-octobre. Il revient sur les raisons de sa candidature, sur ses relations avec l’opposition et sur le scandale de corruption au sein de l’armée mis en lumière par un audit du secteur.

Jeune Afrique : Vous avez passé plusieurs années de votre carrière professionnelle hors du pays. Pourquoi décider de vous lancer dans la course à la présidentielle maintenant ?

Hamidou Mamadou Abdou : J’ai eu l’occasion de m’engager en politique ces dernières années. Mais cela ne m’avait pas intéressé parce que je voulais aider le Niger d’une autre façon. C’est-à-dire en bâtissant une carrière dans le privé et en implantant une filiale de ma société dans mon pays afin de créer des emplois.

Mais je suis parvenu à un constat : tous les grands partis politiques que nous avons connus à la suite de la conférence nationale ont eu à exercer le pouvoir. Malgré cela, la population nigérienne demeure pauvre. C’est donc devant la misère de nos populations et leur absence d’espérance que j’ai décidé de faire le tour de l’élite de la diaspora pour la convaincre de se joindre à moi afin de créer le RANAA à travers lequel nous allons travailler à conquérir le pouvoir.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte