Politique

Un Fang de nouveau Premier ministre

| Écrit par Frédéric Lejeal

C’est de nouveau un Fang qui a été désigné, le 8 juillet, comme Premier ministre de Guinée équatoriale. Ambassadeur depuis deux ans à Madrid, une chancellerie stratégique pour Malabo, Ignacio Milam Tang remplace à ce poste Ricardo Mangué Obnama Nfubea. Ce changement intervient quelques semaines après les législatives du 4 mai, qui ont vu l’écrasante victoire (99 sièges sur 100) de la formation au pouvoir, le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE).
L’expérience de Ricardo Mangué Obnama Nfubea, nommé en août 2006, aura duré moins de deux ans. Il a été sèchement remercié le 5 juillet par le président Obiang Nguema Mbasogo, qui a jugé son gouvernement comme « l’un des pires jamais formés ». En cause, son incapacité à lutter contre la corruption, mais également la mise au jour de l’implication d’un de ses ministres dans l’affaire Simon Mann (voir pp. 34-35).
L’histoire retiendra que Ricardo Mangué Obnama Nfubea aura été le premier Premier ministre issu de l’ethnie Fang, majoritaire en Guinée équatoriale. Depuis l’indépendance de l’ancienne colonie espagnole, en 1968, ce poste était dévolu à un Bubi, ethnie majoritaire sur l’île de Bioko, par souci d’équilibre entre la partie insulaire et continentale.
Alors que l’élection présidentielle de 2009 se profile, Milam Tang, que l’on dit très proche du chef de l’État, formera son équipe dans les prochains jours.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte