Politique

Présidentielle en Centrafrique : qui conseille Dologuélé face à Touadéra et Bozizé ?

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 14 octobre 2020 à 16:30

Anicet-Georges Dologuélé, en septembre 2016. © Vincent FOURNIER/JA

Anicet-Georges Dologuélé est de nouveau candidat à la présidentielle centrafricaine, dont le premier tour est fixé au 27 décembre. Voici ceux sur qui l’ex-Premier ministre s’appuie pour conquérir le pouvoir.

Il a tout misé sur l’opposition à l’actuel chef de l’État, Faustin Archange Touadéra, qui l’avait battu au second tour de la dernière présidentielle. Grand initiateur du rassemblement de ses adversaires, aujourd’hui réunis au sein de la coalition COD20-20, Anicet-Georges Dologuélé croit, cette fois, son heure venue.

Mais de nombreux obstacles se dressent encore devant l’ancien Premier ministre d’Ange-Félix Patassé, âgé de 63 ans. Parmi eux, un certain François Bozizé. Certes, l’ancien chef de l’État est pour l’heure un allié de circonstance au sein de la COD20-20, qu’il dirige même actuellement, selon le principe de la direction tournante. Mais qu’en sera-t-il dans quelques semaines ?

À l’approche d’un premier tour dont la date du 27 décembre est encore incertaine, Dologuélé a mis ses proches et son parti, l’Union pour le renouveau centrafricain (URCA), en ordre de marche. Jeune Afrique vous présente ses principaux lieutenants dans la conquête du pouvoir.

  • Christian Gazam Betty

Ce jeune entrepreneur formé en Chine, à l’université des Sciences et technologies de Pékin, est le principal conseiller en communication du candidat Dologuélé. Dirigeant d’un cabinet de conseil basé à Bangui, El Shamma Group, il est spécialisé en communication et en marketing.

En juillet dernier, il a également lancé le mouvement « Les Jeunes avec Anicet-Georges Dologuélé », en prévision de la campagne électorale. Gazam Betty travaille notamment avec le porte-parole de l’Union pour le renouveau centrafricain, Serge Ledoux Gbayombo.

  • Noël Ngoulo

Ancien secrétaire général de l’université de Bangui – où il a connu Anicet Georges Dologuélé, alors recteur , ce professeur de philosophie formé au Canada est aujourd’hui le secrétaire général du bureau politique de l’URCA et l’un des plus proches conseillers du candidat à la présidentielle.

Discret, il peut également s’appuyer sur des compagnons de longue date de Dologuélé, comme Alain Serge Yabouet Bazoly, son ancien directeur de cabinet à la Primature, de 1999 à 2001, qui l’avait conseillé lors de la dernière campagne présidentielle, en 2015. Au jour le jour, Noël Ngoulo travaille au sein du bureau politique avec Bruno Konga, chargé de l’organisation du parti sur le terrain, et Cédric Pong-Ballet, secrétaire national à la communication.

  • André Nalké Dorogo

Ce député de Berberati (Mambéré-Kadeï) est aussi le premier vice-président de l’URCA. Il est le principal bras-droit de Dologuélé au sein de l’Assemblée nationale, où il s’exprime régulièrement au nom du parti. Il siège notamment aux côtés de Anicet Samalet, député URCA de Baoro (Nana-Mambéré) et membre du bureau de l’Assemblée.

Ancien ministre des Mines (en 2003) et de la Santé dans le gouvernement Touadéra, en 2009, il est – comme Dologuélé – un ancien membre du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC, aujourd’hui dirigé par Martin Ziguélé).

  • Nathalie Constance Gounebana

Plusieurs fois ministres – notamment du Tourisme sous Dologuélé puis Martin Ziguélé -, elle a d’abord été membre du Parti libéral démocrate de Thierry Yinifolo Vandenbos (décédé en 2009), un allié de Dologuélé, lequel militait alors au sein du Mouvement pour la libération du peuple centrafricain (MLPC) – il ne fondera l’URCA qu’en 2013.

Cette ancienne représentante centrafricaine aux Nations unies et à l’Organisation mondiale du tourisme préside actuellement l’Organisation des femmes pour le renouveau centrafricain (OFRCA).

  • Jean Mutonji-Tshibangu

Originaire de RDC, il est aujourd’hui l’associé en affaires de Dologuélé. Directeur associé au sein du cabinet de consulting Afripartners International, qu’il a fondé en 2012, il est notamment chargé de conseiller des sociétés étrangères pour leur installation ou leurs projets dans la sous-région.

Le siège d’Afripartners International est situé à Paris, où Dologuélé a conservé des liens dans la banque et la diplomatie, après y avoir occupé le poste de délégué du gouverneur de la BEAC. L’ancien Premier ministre bénéficie également de relations précieuses à Brazzaville, où il a dirigé la BDEAC. Il est par ailleurs membre d’une loge maçonnique proche de la Grande loge du Congo (GLC), dont le grand maître est le président Denis Sassou Nguesso.

  • Fred Edgard Gassia

Premier président du comité fédéral de l’URCA pour l’Europe, il a ensuite été désigné conseiller national politique en charge de la zone Europe Amérique et Asie, un poste qu’il occupe toujours aujourd’hui. Il est l’un des grands artisans de la victoire massive de Dologuélé en Europe lors de la dernière présidentielle.

Membre du cercle restreint du patron de l’URCA, il collabore directement avec Saint-Cyr Tanza, délégué aux relations extérieures du parti et Dany Koale Yaboro, chargé des relations extérieures de l’Organisation des jeunes pour le renouveau en Centrafrique.