Société

[Chronique] Violences sexuelles en RDC : l’OMS intransigeante

|

Par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Damien Glez

© Damien Glez

Le directeur général de l’OMS promet des sanctions exemplaires contre les auteurs de violences sexuelles présumées en RDC.

Serait-on passé, dans la justice interne de l’Organisation mondiale de la Santé, de l’ère de la présomption d’innocence à celle de la présomption de culpabilité ?

Après les récentes dénonciations de violences sexuelles présumées qui auraient été perpétrées notamment par le personnel de l’OMS en République démocratique du Congo, le chef du programme d’urgence de l’organisation, Michael Ryan, affirme partir « du principe que les victimes ne mentent pas ».

Vendredi dernier, depuis Genève, le directeur général enfonçait le clou en mentionnant « une trahison » des personnes assistées et en promettant des « sanctions graves », y compris des « licenciements immédiats », contre toute personne mise en cause, qu’il s’agisse de membres du personnel, d’acteurs qui collaborent avec l’organisation ou encore de partenaires.

Scandale en RDC

Le caractère martial des positions officielles de l’OMS se justifie par trois raisons. Primo, les révélations de The New Humanitarian et de la Fondation Thomson Reuters sont accablantes. Une cinquantaine de femmes affirment avoir été victimes d’exploitation sexuelle de la part d’ »humanitaires » qui officiaient dans le cadre de la riposte face à l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola.

Or, les accusations sont largement étayées par des témoins plus ou moins directs, notamment des chauffeurs qui assistaient à la mise en place d’arrangements sexuels à ce point réguliers « que c’était comme si on allait faire des courses au supermarché. » En ligne de mire, notamment, l’imposition d’un contact intime comme « passeport pour l’emploi ».

Soigner son image

Si l’OMS émet des discours intransigeants avant même que la justice n’ait tiré de conclusions, c’est aussi qu’elle a besoin de soigner son image, singulièrement en Afrique.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, l’Organisation est accusée de snobisme vis-à-vis de traitements populaires à base d’artemisia ou d’hydroxychloroquine, de catastrophisme, voire de complot obscur au service de grands laboratoires pharmaceutiques.

Si les récents propos de Tedros Adhanom Ghebreyesus sont martiaux, c’est enfin que les scandales sexuels impliquant le personnel d’organismes internationaux constituent un serpent de mer médiatique. Si la confrontation entre précarité et pouvoir titille traditionnellement les libidos débauchées, les « chevaliers blancs » de l’humanitaire universaliste n’échappent pas à la tentation.

Ces dernières années, par exemple, s’égrènent des cas d’abus de la part de Casques bleus d’horizons divers et sur des terrains comme la Centrafrique, le Liberia ou Haïti.

L’OMS qui a pour objectif d’amener tout peuple au « niveau de santé le plus élevé possible » devrait être la dernière à compromettre le bien être psychologique et sexuel desdites populations.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte