Actualités

Business Schools : Son Excellence Dakar

Par  | 

Ses écoles privées, de commerce, de gestion ou de communication, rayonnent dans toute la région. Les clés de leur succès ? Un enseignement de qualité et des partenariats prestigieux.

À Dakar, elles prolifèrent à chaque coin de rue. Depuis la première moitié des années 2000, des business schools aux sigles souvent interchangeables se multiplient dans la capitale sénégalaise. « En 1995, lors de la signature de l’accord-cadre régissant l’enseignement supérieur privé, nous étions huit établissements signataires », se rappelle Pape Madické Diop, qui était à l’époque directeur du développement de Sup de Co (il est aujourd’hui le directeur général de BEM Dakar, partenaire local de l’École de management de Bordeaux). « Mais, constate-t-il, à présent, personne n’est en mesure de chiffrer le nombre d’établissements : 140, 180, 220 ? »

À Dakar, les business schools sont elles-mêmes devenues un business. Si le boom des instituts privés d’enseignement supérieur s’étend à la restauration ou à la communication, les écoles de commerce, de management et de gestion tiennent le haut du pavé.

Privé-infoDans un pays réputé de longue date pour la qualité de son enseignement public, les écoles privées ont d’abord représenté une force d’appoint marginale. En 1993, Aboubacar Sedikhe Sy fonde l’École supérieure de commerce de Dakar (Sup de Co). « Mon père, qui était alors dirigeant d’une agence de com, s’était rendu compte qu’il avait du mal à trouver du personnel qualifié », souligne Yasmine Sy, responsable de la qualité et des relations internationales de l’école.

Avec d’autres chefs d’entreprise, Sy fonde une business school adaptée aux besoins. Progressivement, l’école de commerce débouche sur la création d’un groupe comprenant un Institut supérieur des transports, un pôle technologie (Sup de Co Technologie) et un pôle privilégiant la formation en alternance (l’Institut Mercure). C’est également dans les années 1990 que sont fondés l’Institut supérieur de management (ISM) et l’Institut africain de management (IAM), qui ont développé au fil des ans des partenariats avec différentes universités et écoles de renommée internationale comme Georgetown University ou l’Ieseg.

Bacheliers

Dix ans plus tard, ces augustes pionniers assistent à l’explosion de la concurrence. « Le phénomène remonte aux années 2004-2005, raconte Yasmine Sy. Et il s’est renforcé depuis cinq ans en raison de la crise de l’enseignement public. » Ouverture de plus en plus tardive de l’année académique, sous-capacité structurelle ne permettant plus d’absorber un nombre croissant de bacheliers… Les instituts privés surfent sur les carences du système public et ouvrent à tour de bras. Dans ce qui est devenu une jungle, il est désormais bien difficile de séparer le bon grain de l’ivraie… Après un agrément provisoire d’un an, les services de l’État sont censés mener un audit avant de délivrer un agrément définitif. Mais, dans les faits, ce contrôle n’a rien de systématique, et les écoles prospèrent sans véritable certification.

Floraison

Pour y remédier, une Agence nationale de l’assurance qualité pour l’enseignement supérieur public (Anac-Sup) a été créée. « Il lui appartient de veiller aux agréments définitifs afin que les diplômes soient conformes aux normes fixées par l’État », précise Pape Madické Diop.

Lire aussi :

Dossier formation : quelles sont les meilleures écoles de commerce africaines ?

Formation : écoles en construction


Enseignement supérieur : il y a une vie après le diplôme

« À l’origine de ce phénomène, il y a le fait que les principales business schools ont misé sur la qualité et sur les certifications internationales », analyse Moustapha Guirassy, directeur de l’IAM.

Face à cette floraison d’établissements dont un nombre non négligeable bénéficie d’une crédibilité permettant aux diplômés d’espérer rejoindre sans obstacles le marché de l’emploi, l’afflux d’étudiants étrangers n’a fait que croître au cours de la dernière décennie.

« Au total, 25 nationalités sont représentées chez nous », se réjouit Yasmine Sy, qui précise que ses étudiants viennent du Gabon, du Congo-Brazzaville et de toute l’Afrique de l’Ouest. « Un succès amplifié par la politique commerciale des écoles sénégalaises en Afrique », note Pape Madické Diop. Sur 220 étudiants en formation initiale et 450 auditeurs en formation continue, BEM Dakar compte 145 étudiants étrangers venus de seize pays. Et à l’IAM, les 28 nationalités représentées incluent des étudiants français, chinois ou canadiens. « Il y a un label sénégalais depuis toujours en matière d’enseignement, et le pays est stable, ce qui rassure les parents dont les enfants partent étudier à l’étranger », observe Pape Madické Diop.

Certains pays africains, qui avaient l’habitude d’accorder des bourses à leurs ressortissants pour partir étudier en Europe, se sont réorientés vers l’Afrique. Le Sénégal et le Maroc en ont tiré profit.

« Je ne trouvais pas de formation de fiscaliste au Gabon », témoigne Martine Olivia Menza Ndong, 25 ans. L’Agence nationale des bourses et stages, qui répertorie les écoles étrangères reconnues par le Cames [Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur] m’a proposé de poursuivre mes études au Sénégal, au Togo ou au Burkina. J’ai choisi le Sénégal parce que ce pays a une bonne réputation en matière d’enseignement supérieur et que les frais de scolarité sont abordables. » Dans sa promotion, environ 60 % des étudiants viennent de l’étranger.

Certains pays africains, qui offraient des bourses pour partir étudier en Europe, se sont réorientés vers l’Afrique. Le Sénégal et le Maroc en ont tiré profit.

« Avant le coup d’État de 1999, il y avait beaucoup d’écoles remarquables en Côte d’Ivoire », souligne Pape Madické Diop, pour qui un certain nombre de familles et d’étudiants sont arrivés au Sénégal au moment de la crise postélectorale. Yasmine Sy dresse le même constat : « Nous avions beaucoup d’étudiants ivoiriens, mais ils sont en train de rentrer progressivement chez eux. »

Pépinière

Pour renforcer leur attractivité, l’ISM, l’IAM, BEM et Sup de Co ont créé en 2011 une conférence des grandes écoles. « Nous voulons promouvoir l’image d’excellence de l’enseignement supérieur au Sénégal, tout en montrant que certains établissements sortent du lot », résume Yasmine Sy.

« L’État reconnaît notre rôle, et nous avons d’excellentes relations avec la Direction de l’enseignement supérieur privé. Toutefois, en matière fiscale, nous sommes traités de la même manière qu’un fabricant de pesticides, alors que l’éducation est censée faire partie des priorités du Sénégal, avec la santé et l’agriculture », s’étonne Pape Madické Diop, pour qui « l’objectif de ce conglomérat est aussi de constituer une force de proposition face aux pouvoirs publics en matière de fiscalité comme d’accès au foncier ».

« À nous quatre, nous représentons 6 000 étudiants, un chiffre d’affaires conséquent, et nos anciens élèves occupent des fonctions à responsabilité dans toute la sous-région », prévient-il.

Pour Moustapha Guirassy, la pépinière des écoles de commerce a prospéré grâce à son avant-gardisme : « Nous formons les étudiants du futur. Nous disposons d’instruments dont l’université publique ne dispose pas pour préparer nos étudiants à la culture entrepreneuriale. »

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

International

| Institutions-ONG

Call for Applications: Development Officer Profile (at P3 & P4 grade levels), various locations

UNHCR, the UN Refugee Agency, is currently seeking experienced Development Officers with skills and capacities to:
  • support inclusive multi-stakeholder, multi-year planning by advising on long-term political, economic and social trends that will enhance opportunities for solutions, resilience and inclusion for populations of concern to UNHCR, taking into account capacities of hosting Governments and other relevant stakeholders,
  • strengthen and manage partnerships with development actors to influence policy dialogue, and support relationship building with development agencies,
  • support evidence-based planning, such as ensuring development actors are provided relevant data to inform their planning, programming and advocacy around resilience for and inclusion of UNHCR persons of concern, and
  • support capacity building and knowledge management through the sharing of knowledge and experience between UNHCR and development actors, as well as internal capacity building efforts on humanitarian development interventions.
To qualify for a position at the P3 level, we seek candidates who have 4 - 6 years of relevant experience, depending on the degree. For positions at P4 level, the professional experience required is 7 - 9, depending on the degree. Please see job description for more details. UNHCR leads efforts to protect people forced to flee wars and persecution around the world, providing life-saving aid, including shelter, food and water to ensure their basic safety, rights and dignity. With 16,803 women and men working in 134 countries, we work tirelessly to make a difference in the lives of over 70 million forcibly displaced people worldwide and the communities hosting them. It is anticipated that development responses to forced displacement will grow in significance in future years due to the greater importance attached to reducing poverty in fragile and conflict-affected settings and the need to address protracted displacement situations in a more sustainable manner. While UNHCR's primary purpose is to safeguard the rights and well-being of refugees, our ultimate goal is to help find durable solutions that will allow them to rebuild their lives in dignity. In the context of the Global Compact for Refugees, the role of the Development Officer is to support UNHCR's engagement and cooperation with host Governments and development agencies on their medium and long-term programmes and policy priorities. The goal, in support of the Global Compact for Refugees, is to support host governments, local communities and UNHCR’s populations of concern by leveraging development partnerships for socio-economic investments in host areas. Likewise, to influence policy dialogue to enact institutional reforms toward improved protection, resilience and solutions and work for the inclusion of refugees and other populations of concern into national services and development plans and to enhance both refugees and host community socio-economic opportunities. Interested candidates are requested to apply no later than 20 September 2020 on the UNHCR career page, by clicking on the ”Vacancies” tab and entering job ID 21144. UNHCR
2020-08-13 10:38:24
full-time
Suisse

| Recrutement
  • Le Fonds mondial est un partenariat conçu pour mettre plus rapidement un terme aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme. En tant qu’organisation internationale, il mobilise et investit plus de 4 milliards de dollars US chaque année à l’appui de programmes dirigés par des spécialistes locaux dans plus de 100 pays. En partenariat avec les autorités publiques, la société civile, les institutions techniques, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies, nous nous attaquons aux obstacles et nous encourageons l’innovation.
  • L’Inspecteur général dirige et gère le Bureau de l’Inspecteur général en garantissant la conception indépendante et objective, la qualité des performances et l’efficacité des contrôles en place pour gérer les principaux risques ayant une incidence sur les programmes et les opérations du Fonds mondial.
  • Le candidat à retenir doit avoir une expérience en tant que chef d’équipes complexes et multiculturelles, ainsi que d’organisations opérant dans des contextes mondiaux dynamiques. Le rôle exige une expérience avérée en matière de gestion des risques, d’audit interne et d’enquêtes, et des processus de gouvernance.
  • Le Bureau de l’Inspecteur général est indépendant du Secrétariat du Fonds mondial et relève du Conseil d’administration, par l’intermédiaire de son Comité de l’audit et des finances. Le poste est basé à Genève, en Suisse.
  • Le Fonds mondial a retenu les services d'Egon Zehnder pour participer à cette nomination. Pour plus d'informations sur le poste et la manière de postuler, rendez-vous sur : https://appointments.egonzehnder.com. La date limite pour les candidatures au poste d’Inspecteur général est le 11 septembre 2020.
  • Toutes les personnes dûment qualifiées, quels que soient leur nationalité, leur appartenance ethnique, leur sexe, leur état matrimonial, leur statut de partenaire civil, leur handicap, leur âge, leur religion, leurs convictions politiques, leur orientation sexuelle, leur état de santé ou leur statut transgenre, ainsi que les personnes vivant avec le VIH sont encouragées à postuler. Le Conseil d'administration du Fonds mondial s’engage à préserver la diversité.
Fonds Mondial
2020-08-12 12:12:55
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance

logo JA3023P138 CIFIPRecrute un Directeur Général H/F 

Notre client est un IMPORTANT GROUPE D’ASSURANCES qui recrute pour un  poste basé en AFRIQUE DE L’OUEST OU EN AFRIQUE CENTRALE. Garant de la croissance et de la rentabilité de la compagnie, vos missions principales sont les suivantes : • Rendre opérationnelle les orientations politiques et stratégiques approuvées par le Conseil d’Administration ; • Élaborer et déployer les stratégies adaptées aux besoins du marché ; • Mobiliser ses équipes en exerçant le leadership attendu ; • Rechercher et gérer de façon optimale l’ensemble des ressources ; • Initier et porter des projets d’innovation et/ou de transformation ; • Piloter la performance de la structure ; • Interagir en permanence avec les personnes ressources de la Holding du groupe et effectuer les reportings ; • Gérer l’environnement et l’ensemble des parties prenantes. De formation de base en Assurance, en Commerce ou en Finance, vous justifiez d’une expérience réussie dans une fonction de Directeur Général ou d’au moins 5 ans dans une fonction de Directeur dans une compagnie d’assurance. Compétences relationnelles, capacité de négociation, capacités managériales et entrepreneuriales, vision stratégique, goût du challenge, sens de l’innovation seront vos atouts pour réussir à ce poste.

Merci d’adresser votre candidature à :

CIFIP  Email : recrutement@cifip-ci.com Tél : (+225) 22 40 42 80 /Mobile : (+225) 07 76 26 17 Site Web : www.cifip-ci.com

cifip directeur général
2020-08-03 12:52:37
full-time
Fermer

Je me connecte