Politique

Au Maghreb, le Pentagone envisage l’après-Trump

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 06 octobre 2020 à 16h06
En tournée au Maghreb, le secrétaire américain à la Défense Mark Esper (g.) a notamment rencontré le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita (d.). Ici, à Rabat, le 2 octobre 2020.

En tournée au Maghreb, le secrétaire américain à la Défense Mark Esper (g.) a notamment rencontré le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita (d.). Ici, à Rabat, le 2 octobre 2020. © AP SIPA/Mosa'ab Elshamy

Le chef du Pentagone, Mark Esper, vient d’achever une tournée au Maghreb, à un mois de l’élection présidentielle américaine. Retour sur une visite surprise placée sous le signe de la coopération sécuritaire.

C’est les yeux rivés sur la Libye que Mark Esper, secrétaire américain à la Défense, a effectué, du 30 septembre au 2 octobre, une tournée dans les trois capitales du Maghreb central. En Tunisie – « allié majeur » de Washington –, le chef du Pentagone a signé un accord de coopération militaire d’une durée de dix ans dans la droite ligne du partenariat sécuritaire qui lie de longue date les deux pays : selon les chiffres publiés par le département américain de la Défense, les États-Unis ont alloué environ 1 milliard de dollars à l’armée tunisienne depuis 2011.

Au Maroc, Mark Esper a également signé un accord de coopération sécuritaire décennal qui vient renforcer un partenariat très étroit depuis des décennies.

« Renforcer la coopération »

Entre ces deux étapes, qui n’ont rien de nouveau compte tenu des liens historiques entre les États-Unis et ses alliés tunisiens et marocains, Mark Esper a effectué une visite en Algérie, où ne s’était rendu aucun chef du Pentagone depuis 2006, date de la venue de Donald Rumsfeld, à l’époque de l’administration George W. Bush.

« Les Algériens souhaitent certaines choses et nous pourrions les aider », avait lâché, énigmatique, l’ancien secrétaire à la Défense, qui prônait un partenariat plus étroit avec Alger, historiquement proche de la Russie et principal client africain, avec l’Égypte, de l’industrie militaire russe.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte