Politique

Centrafrique – Mahamat Kamoun : « Il ne faut pas avoir peur de repousser la présidentielle »

Réservé aux abonnés | | Par
Mahamat Kamoun, candidat à la présidentielle du parti Be Afrika ti é Kwè

Mahamat Kamoun, candidat à la présidentielle du parti Be Afrika ti é Kwè © Camille LAFFONT / AFP

Candidat à la présidentielle centrafricaine du 27 décembre, Mahamat Kamoun estime pourtant que les conditions ne sont pas réunies pour organiser le scrutin. Délais intenables, risques de fraude, insécurité… L’ex-Premier ministre s’explique face à Jeune Afrique.

Investi candidat pour la prochaine élection présidentielle par son parti, le Be Afrika ti é Kwè (« Centrafrique pour nous tous »), le 27 septembre dernier, Mahamat Kamoun a rejoint, à 58 ans, les rangs des postulants au fauteuil convoité de chef de l’État.

À l’instar de François Bozizé, d’Anicet-Georges Dologuélé ou de l’actuel président, Faustin-Archange Touadéra, l’ancien Premier ministre de la transition de Catherine Samba-Panza participera au premier tour du scrutin pour la magistrature suprême. Mais celui-ci aura-t-il lieu comme prévu le 27 décembre ? L’intéressé, né à Ndélé, dans l’extrême-nord de la Centrafrique, en doute.

Problèmes d’organisation, risques de fraude, soupçons d’ingérence russe… L’ancien directeur du Trésor public de François Bozizé et ex-collaborateur du tombeur de ce dernier, Michel Djotodia, détaille les menaces qui pèsent sur le scrutin. Et dévoile la stratégie de l’opposition.

Jeune Afrique : L’Autorité nationale des élections (ANE) a obtenu de l’Assemblée nationale un nouveau délai d’un mois pour achever l’enrôlement des électeurs. Ces derniers doivent être convoqués au plus tard le 27 octobre. Est-ce une bonne chose ?

Mahamat Kamoun : Je ne crois pas. Ce délai est toujours aussi irréaliste, vu l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir. La modification de la loi électorale relève de la pure acrobatie. Elle ne résout pas le problème. L’ANE a disposé de près de cinq ans pour préparer les élections. Nous-mêmes, dans l’opposition, tirons la sonnette d’alarme depuis un an. Comment croire qu’un seul mois puisse régler les choses ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte