Actualités

La fièvre des Mooc gagne l’Afrique

Par  | 

Lancées par de grandes écoles internationales, les formations ouvertes à tous sur internet attirent de plus en plus d'étudiants africains.

Étudier à Harvard ou à Stanford, beaucoup en rêvent. Mais quand ce n’est pas le talent qui manque, les frais de scolarité constituent souvent un obstacle insurmontable à ce projet. Du moins dans le passé, car depuis deux ans, la multiplication des cours massifs en ligne – appelés Mooc, pour massive open online courses – change la donne.

Entre l’enseignement à distance et les cours classiques, cette approche ouvre une troisième voie. Il s’agit de formations ouvertes à tous, accessibles via internet. Vidéos, quiz interactifs, forums de discussion… Les outils pédagogiques sont variés et visent à créer une communauté réunissant étudiants et professeurs.

La fièvre des Mooc se propage désormais dans le monde entier. On en compte environ un millier dans toutes les langues

Certificat

D’abord localisée aux États-Unis, la fièvre des Mooc se propage désormais dans le monde entier. On en compte environ un millier dans toutes les langues. Et l’Afrique francophone commence déjà à y goûter grâce aux écoles européennes.

Pour sa troisième édition, le programme de l’École centrale de Lille consacré à la gestion de projet rencontre un important succès sur le continent. “Plus de 20 % des 11 300 inscrits viennent d’Afrique”, explique son initiateur, Rémi Bachelet, pour qui il s’agit “d’un formidable outil de communication au moment où le groupe Centrale projette d’ouvrir un campus au Maroc”.

Bien sûr, ces cours suivis sur internet n’ouvrent pas droit à un diplôme à part entière, mais dans certains cas ils permettent d’obtenir un certificat moyennant 50 euros. Après avoir organisé des évaluations classiques à Dakar et à Ouagadougou, l’École centrale de Lille envisage cette année des examens surveillés par l’intermédiaire de webcams.

Appétence

En Suisse, l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) est également sensible au potentiel africain. Pour le doyen de la faculté helvétique, Karl Aberer, l’enjeu fondamental des Mooc est de déterminer qui va contrôler la distribution du savoir.

Lire aussi :

Dossier formation : quelles sont les meilleures écoles de commerce africaines ?

Paul Giniès : « L’offre de formation doit tenir compte de la demande du secteur privé »

Membre du réseau Rescif, qui réunit quatorze universités francophones technologiques, dont l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar et l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2IE) de Ouagadougou, l’EPFL constate, elle aussi, l’appétence des Africains pour ce mode d’enseignement. Ainsi, 16 % des étudiants de ses trois premiers Mooc francophones viennent d’Afrique, sans qu’aucune démarche n’ait été faite pour les attirer.

Très intéressées par cette approche car elle répond en partie à leur manque de professeurs, plusieurs universités du Sénégal, du Maroc, de Tunisie et du Burkina espèrent pouvoir monter à leur tour leur propre programme en ligne, grâce à l’appui de l’Agence universitaire de la francophonie. Réponse en mai, à l’issue de l’appel d’offres actuellement en cours.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Kenya

| Institutions-ONG
  logo osf

Regional Manager for Advocacy, Africa Regional Office Competitive rates of pay + excellent benefits Nairobi

Do you want to make the world a better place with your deep knowledge and experience of advocacy on African political-economic issues? We are seeking a Regional Manager for Advocacy based in Nairobi (Addis Ababa, Ethiopia is also a possibility in the near future) to join our Africa Regional Office (AfRO). You will report to the Regional Director for Africa, maintaining oversight on and leadership of all of the Open Society Foundations (OSF)’ African advocacy. The Open Society Foundations works to build vibrant and inclusive democracies whose governments are accountable and open to the participation of all people. We are active in more than 120 countries, making us the world’s largest private funder of independent groups working for justice, democratic governance, and human rights. The Africa Regional Office works at the pan-African level to build a free and democratic Africa, where leaders respect human rights, work to improve citizens’ lives, and are held to account for their actions. AfRO works closely with our regional foundations in Western, Eastern, and Southern Africa, and our national foundation in South Africa, as well as our regional office in Tunisia. The Regional Manager for Advocacy conducts advocacy in line with AfRO’s strategy and work plan as well as according to the needs of and in partnership with the African foundations and other OSF advocates on Africa. If appointed, you will provide advice and support to AfRO and African foundations’ staff on advocacy strategising, planning and execution. As the primary coordinator of Africa-related advocacy for OSF, we are seeking someone who will be proactive in engaging with other OSF advocates on Africa, when Africa-related work is considered or implemented, who can also collaborate with other OSF advocates in matters of OSF advocacy policy. If this sounds like the position you have been looking for, we look forward to learning more about you. For a complete job description and to submit your cover letter and CV, please click apply to be taken to the OSF careers portal. Closing date: 14 April 2020. We aim to build an inclusive workforce that is reflective of the populations we support, and actively seek applications from those who are marginalized and underrepresented. We are committed to providing reasonable accommodations to applicants and colleagues with disabilities. To apply Apply path: https://osfglobal.wd5.myworkdayjobs.com/en-US/OSF/job/Nairobi/Regional-Manager-for-Advocacy--Africa-Regional-Office_JR-0001791   OSF - Regional Manager for Advocacy[1]
2020-04-06 19:53:25
full-time
International

| Institutions-ONG
  sri-unfpa      

JOIN A NEW GENERATION OF LEADERSHIP

UNFPA, the United Nations sexual and reproductive health agency, works in partnership with governments, the UN system, communities, NGOs, philanthropy and the private sector to raise awareness and mobilize the support and resources needed to deliver a world where every pregnancy is wanted, every childbirth is safe and every young person’s potential is fulfilled. UNFPA is a field-based organization, operating in 155 countries and territories and employs 4,500 personnel globally. UNFPA mobilizes more than $1 billion a year for programmes that protect the health and rights of women and girls.

Our strategic plan focuses on three transformative results: end unmet need for family planning; end preventable maternal deaths; and end gender-based violence and harmful practices. We produce high-quality population data, which is critical to help end the invisibility of those left furthest behind. We are hiring To lead our work in delivering on the 2030 Agenda for Sustainable Development, UNFPA is recruiting for the position of Deputy Executive Director (Programme) to drive the ambitious ICPD25 goals, while providing technical leadership and enabling the mobilization of programmatic and financial resources to support the implementation of the transformative results. ● Are you experienced and passionate? Can you lead in a dynamic, international, rights-based organization? ● Can you advocate for young people and women‘s rights to make informed decisions about their sexual and reproductive health and represent and position UNFPA across various intergovernmental bodies and in the international sphere? ● Are you skilled in mobilizing programmatic and financial resources and in building coalitions? If you answered ‘yes’, UNFPA invites you to apply for the position of:

Deputy Executive Director (Programme) at the Assistant Secretary-General (ASG) level

To find out more visit: http://www.unfpa.org/jobs How to Apply Please forward a copy of your application letter, CV along with relevant documentation in Microsoft Word, to Ms Sidney Moss at                        smoss@sri-executive.com before 5.00pm on 17th April 2020, 5pm GMT. Applications are held in strictest confidence. New Generation of Leadership
2020-03-23 09:24:05
full-time
Mali

Informations

Titre du poste : Spécialiste en Sauvegarde Environnementale et Sociale Lieu : Mali - Date de clôture des candidatures : 31 Mars 2020 -

Période probable : 31 Mai 2020 au 30 Avril 2022

Domaine : Sauvegarde Environnementale et Sociale -

Langue de travail : Français

I. Contexte La république du Mali a obtenu de l’Association Internationale de Développement (IDA), le nancement du Projet P 164242 – Projet de Gouvernance du Secteur des Mines (PGSM), placé sous la tutelle du Ministère des Mines et du Pétrole. Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de ce Projet, une Unité de Coordination (UCP) a été créée et souhaite recruter un Spécialiste en Sauvegarde Environnementale et Sociale. I. DESCRIPTION DU PROJET Le projet vise à améliorer la contribution du secteur minier aux objectifs de croissance à long terme du gouvernement en mettant l’accent sur la croissance et la diversi cation de la production minière, une gouvernance améliorée et des revenus tirés de l’extraction, ainsi que le développement économique local induit par le secteur minier. À cette n, les activités du projet sont axées sur (i) l’amélioration de l’environnement favorable à la diversi cation et à la croissance du secteur minier ; ii) renforcer la gouvernance et la transparence des ressources ; et (iii) maximiser l’impact socio-économique de l’exploitation minière en développant des liens économiques et scaux avec l’économie locale. Les composantes du projet proposé sont décrites ci-dessous. II. COMPOSANTES DU PROJETS Le projet comprend les composantes suivantes : Composante A : Créer les conditions de la croissance et de la diversi cation du secteur minier Composante B : Renforcement de la transparence des revenus et de la gouvernance Composante C : Maximiser l’impact de l’exploitation minière sur le développement local Composante D : Intervention d’urgence éventuelle Composante E : Coordination du projet OBJECTIF DES TERMES DE RéFéRENCE L’objectif de ces termes de référence est de recruter un Spécialiste en Sauvegarde Environnementale et Sociale. II. Tâches et responsabilités : Sans être exhaustives, les tâches du consultant sont décrites dans les rubriques qui suivent : Sous la supervision du Coordonnateur de l’Unité de gestion du PGSM, le Spécialiste en sauvegarde environnementale et sociale est chargé d’accomplir les tâches suivantes :
  • Suivre l’ensemble du processus de l’EESS en collaboration avec le bureau de consultants qui serarecruté pour ce faire ;
  • Suivre le respect des procédures édictées en matière d’évaluation environnementale stratégique :application des politiques de sauvegarde environnementale et sociale de la Banque Mondiale, tenue de la consultation publique et concertation avec les parties prenantes, analyse de la pertinence des éléments du Plan Cadre de Gestion Environnementale et Sociale, etc ...
  • Servir d’intermédiaire entre le projet et la DNACPN d’une part et la cellule environnement de ladirection des mines d’autre part pendant toute la durée d’élaboration de l’EESS et de la mise en œuvre des mesures qui en découleront ; • Organiser la mise en œuvre du plan cadre de gestion environnementale et sociale qui sera issu de l’EESS ;
    • Analyser la durabilité des activités à réaliser dans le cadre du projet PGSM et élaborer les TdR pour toutes les activités du PGSM assujetties aux procédures d’EIES le cas échéant ;
    • Proposer un cadre participatif de suivi et de surveillance environnementale des activités à réaliserdans le cadre du PGSM avec : des indicateurs, la fréquence de collecte des données, l’estimation des coûts d’atténuation, le rôle et la responsabilité des acteurs (au niveau central, régional/local,communal et district/village);
    • Définir un processus pour la mise à jour les procédures, les modes opératoires et les guides de bonnes pratiques en matière d’environnement, d’hygiène, de santé et de sécurité dans les mines industrielles et dans les exploitations minières artisanales et à petites échelle ;
    • Faire élaborer des modules de formation, d’information, de sensibilisation, de communication et des guides de bonnes pratiques sur la préservation de l’environnement, la réhabilitation des sites et la prévention des risques ;
    • Définir avec le coordonnateur les conditions et la plani cation des différentes formations qui seront menées dans le cadre de la mise en œuvre du PCGES. ROLE ET OBLIGATIONS DU SPéCIALISTE EN SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE : Le spécialiste en sauvegarde Environnementale et Sociale signera un contrat de performance avec la coordination du projet a n d’assurer en temps voulu (i) le bon fonctionnement du dispositif du Système de Sauvegarde Environnementale et Sociale du Projet et aider le projet à atteindre ses objectifs. LespécialisteenSauvegardeEnvironnementaleetSocialefaitpartiedel’équipedel’UCP.Ilentretient des liens fonctionnels avec les autres membres de l’UCP. Toutefois, il dispose d’une certaineindépendance dans la communication de ses rapports annuels. OBLIGATIONS DE L’ADMINISTRATION (PROJET) : L’administration remettra au Spécialiste en Sauvegarde Environnementale et sociale l’ensemble des documents, dossiers et outils appropriés et nécessaires à l’exécution de sa mission. Elle remettra également à la disposition dudit spécialiste, les locaux et équipements nécessaires pour assurer une bonne prestation de service
III. Formations et expériences requises
Niveau
• Diplôme d’Etudes Supérieures en sciences de l’environnement, géologue, santéenvironnementale, agro écologiste, géographe, (minimum Bac + 5 ou diplôme équivalent), etc.
Expérience
•Au moins une expérience générale d’au moins 10 ans en évaluation environnementale ;
  • Avoir participer à au moins une mission d’élaboration d’une évaluationenvironnementale stratégique d’un plan, d’un programme ou d’un secteur dans sa carrière ;
  • Avoir une bonne connaissance du secteur minier du Mali ou d’autres pays ouestafricains ;
  • Bonne connaissance des politiques de sauvegardes environnementale et sociale de la Banque mondiale et de leur application dans les projets miniers ;
  • Expérience avérée d’au moins 10 années dans la pratique des évaluationsenvironnementales : EES/EIES/PGES/PAR, etc...
  • Bonne connaissance des mesures de préservation de l’environnement minier : - Règles et procédures de réhabilitation et de restauration dans les mines industrielles ; - Bonnes pratiques de préservation de l’environnement dans les mines artisanales et les petites mines.
IV. Compétences Connaissances en informatique et Technique : Le candidat ou la candidate devra avoir l’expérience d’une bonne connaissance de l’outil informatique en particulier : des logiciels de gestion environnementale, logiciels de monitoring et de suivi des impacts, etc.... Le candidat ou la candidate devra justi er d’une bonne connaissance de la méthodologie de pilotage d’unsystème de sauvegarde environnementale et sociale des projets de développement nancés par de PTF. Autres aptitudes : • Le candidat devra faire preuve d’une bonne expression orale et écrite en Français. • La connaissance de l’anglais serait un atout. • Le candidat doit avoir une bonne aptitude à la communication écrite et orale en français. Il devra par ailleurs être reconnu comme disposant d’aptitudes à travailler en équipe. Observations particulières : Le transfert de connaissance et d’expertise est une dimension essentielle des services attendus du consultant. De ce fait, une attention particulière sera accordée à l’aptitude et à la quali cation du candidat pour le coaching, l’initiation et le renforcement de la pratique des évaluations environnementales et des politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale au pro t des agents des services techniques de l’environnement et des mines. V. Arrangements de mise en œuvre : L’administration remettra à la disposition du Spécialiste l’ensemble des documents, dossiers et outils appropriés et nécessaires à l’exécution de sa mission. Elle remettra également à la disposition dudit spécialiste, les locaux et équipements nécessaires pour assurer une bonne prestation de service. Une évaluation de la performance du spécialiste sera faite les six premiers mois par la coordination du projet et jointe au rapport semestriel du projet. CONDITIONS D’EMPLOI : Les conditions d’emploi feront l’objet d’un contrat à négocier avec la coordination du projet. Le candidat doit être libre de tout engagement à compter de la date de signature du contrat(31/05/2020). DURéE DU CONTRAT : Le contrat du Spécialiste en sauvegarde environnementale et sociale sera signé pour une période dedeux ans (24 mois) correspondant au calendrier de mise en œuvre des activités prioritaires du projet. Toutefois, cette durée pourra être prorogée en cas de besoin et après une évaluation de la performancejugée satisfaisante et con rmée avec l’avis de la Banque Mondiale. VI. Soumission de l’application Tout candidat intéressé doit faire parvenir au Projet de Gouvernance du Secteur des mines en copiephysique ou par email : • Une lettre de motivation adressée au Coordonnateur du projet ; • Un CV actualisé, daté et signé ; • Une copie certi ée des diplômes et attestations ; • Les attestations de service fait ou preuves attestant l’expérience professionnelle du candidat. Les dossiers de candidature doivent être : Déposés sous plis fermés avec mention ‘’Recrutement pour le poste de spécialiste en Sauvegarde Environnementale et Sociale au compte du projet de Gouvernance du Secteur des mines (PGSM) au Mali, ou par émail au plus tard le 31 Mars 2020, au Quartier Hamdallaye ACI 2000-Bamako, Immeuble du Conseil National du Patronat Malien (CNPM) 3èmeétage, face au Gouvernorat de District de Bamako. Tél. : 00223 76 46 52 52 / 76 12 41 61 - E-mail : doumabou24@gmail.com,
M. Bakary DOUMBIA, Spécialiste en Passation des Marchés.
2020-03-17 15:37:18
full-time
Fermer

Je me connecte