Écoles de commerce

MDE Business School : À l’école des patrons

Par  | 

À Abidjan, MDE Business School propose des formations sur mesure à des dirigeants qui n'ont pas l'intention de s'endormir sur leurs lauriers.

« Prendre de l’élan, du temps, revenir aux fondamentaux, pour mieux affronter l’avenir, mieux analyser son monde »… Ce n’est pas le dernier conseil à la mode des psychologues, mais la démarche que propose MDE Business School, à Abidjan. Son objectif : améliorer les compétences managériales des cadres et dirigeants d’entreprise.

Dans une Côte d’Ivoire où les manageurs font face à la concurrence des diplômés de l’extérieur – notamment issus de la diaspora – et où la volonté affichée de devenir un pays émergent en 2020 crée davantage d’opportunités, il s’agit pour beaucoup de « rester dans le coup », remarque Guillaume Fandjinou, directeur des programmes de l’école.

Dans une Côte d’Ivoire où les manageurs font face à la concurrence des diplômés de l’extérieur, il s’agit pour beaucoup de « rester dans le coup ».

Haut niveau

Tout commence en 2004, lorsqu’un groupe de cadres ivoiriens se réunit autour d’un objectif : trouver une solution pour améliorer le niveau des chefs d’entreprise du pays. Ils constatent que la majorité des manageurs est ouverte à l’idée de se former, mais à deux conditions : le faire sur place, à Abidjan, et au sein d’un programme de haut niveau reconnu à l’international.

« Ils sont à des moments de leur carrière où ils ne peuvent plus se permettre de prendre une année sabbatique pour aller suivre des cours en Europe ou aux États-Unis », poursuit Guillaume Fandjinou. Le groupe de cadres crée donc IHE-Afrique, une association qui propose des formations de deux à trois jours sur des thèmes tels que la responsabilité sociale des entreprises ou l’éthique. Ils sont aujourd’hui quelque 1 000 manageurs à y avoir participé.

Brainstorming

En 2010, l’association signe un accord de partenariat avec l’IESE Business School de Barcelone, l’une des meilleures écoles internationales de commerce, selon le Financial Times. Elle devient MDE Business School. Avec l’appui pédagogique de la prestigieuse école espagnole, elle étoffe son offre et lance des formations longues (sur huit mois, à raison de trois jours de cours par mois) à destination de profils plus seniors. MDE Business School, dont les locaux sont situés aux Deux-Plateaux, un quartier chic d’Abidjan, dispense la plupart de ses formations dans les grands hôtels de la ville, en attendant de déménager, bientôt, dans une plus grande structure.

Lire aussi :

Dossier formation : quelles sont les meilleures écoles de commerce africaines ?

Business Schools : Son Excellence Dakar


En quête de talents, les entreprises du continent veulent séduire la diaspora

« J’évolue depuis des années dans un milieu d’hommes », confie Sonia Meite-Gambelou, 36 ans, directrice export de la Société des tubes d’acier et d’aluminium en Côte d’Ivoire (Sotaci). « J’ai gravi les échelons un à un, j’ai dû batailler pour m’imposer, mais au bout d’un moment j’ai eu l’impression d’être à bout de souffle. »

Début 2013, désireuse de se « remettre en question et de savoir si [sa] façon de travailler était toujours la bonne », elle décide de suivre une formation à MDE Business School, « sur recommandation de plusieurs amis ».

Les 9,5 millions de F CFA (près de 14 500 euros) de frais d’inscription sont payés par son entreprise. « J’ai eu de la chance, dit-elle, car ce n’était pas le cas pour tous les participants. » Comptabilité, finance, marketing… La jeune femme loue « la méthode des cas » qui consiste à enseigner à partir de situations d’entreprises réelles.

Autre atout : les 185 cadres et dirigeants d’entreprises qui ont déjà participé à ces formations de longue durée (25 % sont des femmes) constituent désormais un réseau actif d’anciens élèves permettant « un brainstorming permanent », selon Guillaume Fandjinou.

Recevez les meilleures opportunités

Fermer

Je me connecte