Politique

Guinée : pourquoi Alpha Condé a fermé les frontières avec trois de ses six voisins

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président guinéen Alpha Condé en 2016 à Conakry.

Le président guinéen Alpha Condé en 2016 à Conakry. © Vincent Fournier/JA

Le président guinéen a fermé, sans explication officielle, les frontières de son pays avec le Sénégal, la Guinée-Bissau et la Sierra Leone. En voici les raisons.

Lors de l’audience qu’il a accordée, le 1er octobre au Palais Sékhoutouréya, à une délégation conjointe de la Cedeao, de l’Union africaine et de l’ONU en visite à Conakry pour s’enquérir des conditions de la tenue de l’élection présidentielle du 18 octobre, le chef de l’État guinéen Alpha Condé s’est expliqué sur les raisons qui l’ont poussé à ordonner le 27 septembre la fermeture des frontières avec trois des six voisins du pays : le Sénégal, la Guinée-Bissau et la Sierra Leone.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte