Diplomatie

Présidentielle en Centrafrique : les coulisses de l’entrée en campagne de Touadéra

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Faustin-Archange Touadéra, en septembre 2018 à Bangui.

Faustin-Archange Touadéra, en septembre 2018 à Bangui. © Xinhua/XINHUA-REA

Après les candidats à la présidentielle François Bozizé, Martin Ziguélé et Anicet Georges Dologuélé, le chef de l’État Faustin-Archange Touadera organisera son congrès du 24 au 26 septembre. Avec le plus grand nombre possible de partenaires étrangers.

Comme l’ancien président François Bozizé, qui prépare une tournée entre N’Djamena, Brazzaville et Paris, Faustin-Archange Touadéra (FAT) a mis ses troupes en ordre de marche pour convaincre les partenaires étrangers de la Centrafrique de soutenir sa candidature pour la présidentielle, dont le premier tour est en principe fixé au 27 décembre prochain.

Selon nos informations, c’est l’ancien Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji qui est à la manœuvre. Celui-ci s’est entretenu avec plusieurs diplomates en poste à Bangui, officiellement pour les inviter à participer au congrès du Mouvement cœurs unis (MCU), du 24 au 26 septembre, lors duquel FAT doit être investi candidat.

France, Chine et Russie très demandées

Mi-septembre, Sarandji, secrétaire général exécutif du parti, a été reçu par les ambassadeurs de Russie, Vladimir Titorenko, de France, Jean-Marc Grosgurin, et de Chine, Chen Dong. Ce dernier lui a offert des kits anti-coronavirus, constitués de masques, de gants et de gel hydro-alcoolique, destinés à être distribués lors du congrès du 24 septembre.

Vladimir Titorenko est l’un des interlocuteurs privilégiés des personnalités politiques à Bangui. Selon nos sources, le Russe a en effet déjà reçu l’ancien chef d’État Michel Djotodia, rentré en Centrafrique début septembre. Il avait aussi rencontré François Bozizé en avril, avant qu’il ne soit officiellement candidat à la présidentielle.

Quant à Chen Dong, il doit selon nos informations s’entretenir prochainement avec Djotodia, après avoir été reçu récemment par Touadéra. Le rendez-vous est prévu pour le 25 septembre prochain. Jean-Marc Grosgurin, qui a présenté ses lettres de créance le 11 septembre, doit lui aussi échanger en tête-à-tête avec l’ancien chef de la Séléka.

Selon nos sources, François Bozizé a demandé à s’entretenir avec les ambassadeurs chinois et français. Mais aucune date n’a encore été fixée, d’après son entourage.

Sani Yalo et Henri-Marie Dondra mobilisés

Tandis que Sarandji gère le volet diplomatique de l’organisation du congrès du MCU – FAT souhaite la présence de personnalités étrangères -, Henri-Marie Dondra chapeaute quant à lui le volet politique. Le ministre des Finances, deuxième vice-président du parti, gère notamment la relation avec les partis-alliés du MCU.

Bertrand Arthur Piri, le neveu de Faustin-Archange Touadéra est quant à lui chargé de rencontrer les cadres du parti présidentiel à travers le pays, afin de les mobiliser.

Sani Yalo, un autre proche conseiller du président centrafricain, gère la logistique. Il a financé la confection de banderoles, de tee-shirts et autres gadgets à l’effigie de FAT.

Enfin, Sarandji a chargé Évariste Ngamana, le porte-parole du MCU, du travail de communication en vue du congrès. Ngamana est ainsi à l’origine des nombreuses affiches à l’effigie du président placardées dans la ville de Bangui.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte