Politique

France-Maghreb : que cache la diplomatie des diplômes ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 22 septembre 2020 à 15h42
Cérémonie de distinction du président tunisien Béji Caid Essebssi à la Sorbonne, à Paris, en 2015.

Cérémonie de distinction du président tunisien Béji Caid Essebssi à la Sorbonne, à Paris, en 2015. © Ons Abid pour JA

Des universités délivrent des titres honorifiques à des personnalités étrangères parfois contestables. Au risque de susciter l’ironie lorsque la roue politique tourne.

Il est des décorations qui brillent un temps, puis font tache. Surtout lorsque l’histoire joue des tours aux certitudes des hommes de pouvoir. C’est peut-être ce retournement du sort qui explique pourquoi l’attribution en mai 2004 de la médaille d’honneur de la Sorbonne à (feu) Zine el-Abidine Ben Ali ne figure pas sur le site de la prestigieuse université parisienne.

L’ex-chef de l’État tunisien (au pouvoir de 1987 à 2011) ne manquait pas, au contraire, de se prévaloir sur son site de campagne de 2004, de ce gage d’allégeance. La liste des distinctions de cet acabit s’y étalent d’ailleurs sur huit pages.

La gratification de la Sorbonne s’y retrouve noyée, pêle-mêle, entre la Plume d’or des journalistes tunisiens, la médaille de la fédération mondiale des organisations d’ingénieurs, une autre de la fédération internationale de taekwondo, le blason des archéologues arabes, celui d’une faculté cairote ou encore le doctorat honoris causa de l’université italienne de Trieste.

Fringale de diplômes

Une liste à couper le souffle tant elle est fournie et éclectique. Y sont tour à tour salués son « rôle remarquable », son « intérêt », ses « efforts », ses « réalisations », jusqu’à « sa volonté constante de promouvoir l’information nationale et de rehausser la place des journalistes » — un comble.

Une révolution plus tard, si ce palmarès prête à sourire, ses récompenses universitaires interrogent. Dans son livre Profession diplomate (éd. Plon, 2019), l’ex-ambassadeur français Yves Aubin de la Messuzière — en poste à Tunis de 2002 à 2005 — se demande : « Est-ce pour compenser [son] sentiment d’infériorité à l’égard de son prédécesseur [Bourguiba] qu’il est si sensible aux honneurs venus de l’étranger ? » L’ancien diplomate y relate la façon dont l’entourage de l’autocrate l’avait approché pour requérir une médaille… de l’Académie française !

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte