Santé

[Tribune] Les trois « V » pour mettre fin à la pandémie de coronavirus

|
Mis à jour le 17 septembre 2020 à 16h23

Par  Anuradha Gupta

Directrice générale adjointe de Gavi, l'Alliance du vaccin

A Kinshasa, une infirmière transporte des vaccins dans une boîte réfrigérée.

A Kinshasa, une infirmière transporte des vaccins dans une boîte réfrigérée. © Phil Moore (pour Gavi)

Une fois les vaccins opérationnels, il faudra mobiliser les vaccinateurs et les vaccinés, ce qui suppose de trouver des financements et de pousser des stratégies nationales innovantes, notamment en Afrique, estime Anuradha Gupta, la directrice générale adjointe de l’Alliance du vaccin.

Quand un vaccin Covid-19 sera-t-il prêt ? Telle est la question posée sans arrêt depuis le début de la pandémie. Cela n’est pas surprenant, étant donné que le nombre de décès dus au Covid-19 dépassera bientôt le million et qu’un nombre important de morts n’ont pas été comptabilisés. La vie de chacun a été bouleversée. L’économie mondiale est en chute libre.

Il y a peu de désaccords sur le fait que les vaccins sont la seule solution pour mettre fin à la pandémie. Mais si la communauté scientifique et les fabricants de vaccins font d’énormes progrès dans la course vers cet objectif, il est important de se rappeler que les vaccins ne sont que l’un des trois V nécessaires pour vaincre ce coronavirus. En plus des vaccins, il nous faudra les vaccinateurs et les vaccinés ; les gens qui les administrent et ceux qui veulent les recevoir. Et ce sera loin d’être simple.

La crise actuelle présente de nouveaux défis. Les agents de santé et les vaccinateurs bénévoles peuvent ne pas être disponibles faute de mesures incitatives et de soutien. Ils peuvent être eux-mêmes infectés par le Covid-19 ou être dans l’incapacité de travailler parce qu’ils n’ont pas l’équipement de protection individuelle nécessaire pour rester en sécurité. Ceux qui sont disponibles sont soumis à une pression énorme et à un risque élevé pour eux-mêmes lorsqu’ils essaient de faire fonctionner des services de santé tels que la vaccination infantile. Une plus grande empathie envers le personnel de santé, associée à la reconnaissance et à des récompenses pour leurs efforts héroïques, augmenterait leur moral et leur permettrait de faire parvenir les vaccins Covid-19 aux populations.

Confiance des citoyens

Même dans des circonstances normales, les campagnes de vaccination de masse ne sont couronnées de succès que si les gens font confiance au gouvernement et le considèrent juste, bienveillant et agissant dans le meilleur intérêt de la population. Le fait de ne pas fournir les services les plus essentiels comme l’eau, l’assainissement, le carburant, les écoles, les soins de santé primaires, les routes, l’électricité et des politiques visant à soutenir les moyens de subsistance des populations, peut gravement saper la confiance du public.

Cela peut également fournir un terrain propice à la désinformation et  à la diffusion de fausses rumeurs sur la sécurité vaccinale, rendant la tâche d’administrer les vaccins Covid-19 encore plus difficile – ce que nous voyons déjà. Des investissements visant à renforcer la confiance du public dans la rigueur, l’efficacité et l’innocuité des vaccins sont nécessaires de toute urgence.

Un autre défi est que dans la plupart des pays en développement, des services de vaccination sont mis en place pour administrer des vaccins aux enfants de moins de deux ans. Les vaccins Covid-19 auront un groupe cible différent – au départ, les agents de santé qui sont les plus exposés à la maladie, ainsi que les populations plus âgées qui sont à haut risque.

Stratégies nationales novatrices

Compte tenu des difficultés actuelles auxquelles sont confrontés les pays à faible revenu, même dans le suivi des naissances et donc de la population cible de la vaccination infantile, il ne sera pas aisé d’identifier les personnes à vacciner contre le Covid-19. Cela nécessite un financement immédiat et un soutien technique de la part de la communauté mondiale et l’encouragement de stratégies nationales novatrices.

Mettre fin à la pandémie, c’est sauver la vie et les moyens de subsistance des gens. Mais, sans les gens, impossible de procéder au déploiement mondial d’un vaccin qui soit le plus important et le plus rapide de tous les temps

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte