Politique

Succession d’Adamou Ndam Njoya au Cameroun : l’UDC se déchire

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 15 septembre 2020 à 09h59
Le décès de l’opposant camerounais Adamou Ndam Njoya, le 7 mars 2020, a déclenché une guerre de succession à la tête de son parti, l’UDC.

Le décès de l’opposant camerounais Adamou Ndam Njoya, le 7 mars 2020, a déclenché une guerre de succession à la tête de son parti, l’UDC. © Vincent Fournierr/JA

Six mois après le décès d’Adamou Ndam Njoya, une guerre de succession fait rage au sein de l’UDC. Deux des trois vice-présidents du parti ont claqué la porte.

Attablé face à un parterre d’invités triés sur le volet et conviés dans un restaurant du 1er arrondissement de Douala, Cyrille Sam Mbaka paraît nostalgique. Ce 10 septembre, ce baobab de la scène politique camerounaise s’apprête à rompre avec trente années d’engagement au sein de l’Union démocratique du Cameroun (UDC, opposition).

Pour tourner cette page de sa vie militante, il s’est entouré de quelques unes des personnalités avec lesquelles il en a partagé les moments forts. Il y a là l’activiste Mboua Massock, la journaliste Henriette Ekwé, le patron du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), Anicet Ekane, le responsable de la communication du Social Democratic Front (SDF), Jean-Robert Wafo, ou encore le jeune patron du Peuple uni pour la révolution sociale (Purs), Serge Espoir Matomba.

« Je vous annonce solennellement mon départ de l’UDC », commence Cyrille Sam Mbaka. « C’est une rupture, un déchirement, un crève-cœur. Mais je le fais en toute connaissance de cause », ajoute-t-il, confirmant ce qui se murmurait depuis plusieurs jours déjà dans les salons feutrés de Douala, Yaoundé et Foumban. En à peine dix minutes, celui qui fut le plus proche collaborateur d’Adamou Ndam Njoya, président et fondateur de l’UDC décédé le 7 mars dernier, clôt son intervention. Il laisse la parole à Christophe Ndeuhela, qui annonce à son tour sa démission de son poste de troisième vice-président de l’UDC et claque la porte du parti.

Patricia Tomaino Ndam dans le viseur

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte