Politique
JAD20200910-MMO-11SEPTEMBRE-Serie.jpg

Cet article est issu du dossier

[Série] Le 11-Septembre raconté par Al-Qaïda

Voir tout le sommaire
Politique

[Série] Qui était Khaled Cheikh Mohamed, le cerveau des attentats du 11-Septembre ? (3/4)

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 11 septembre 2021 à 09:42

Les attentats-suicides du 11-Septembre à Manhattan, le 11 septembre 2001 à New York. © zz/Henry Lamb/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

L’idée de lancer des avions de ligne contre des objectifs américains obsédait depuis 1994 Khaled Cheikh Mohamed (KCM), ingénieur pakistanais qui a fait ses études aux États-Unis.

Le 11-Septembre n’aurait sans doute pas eu lieu sans Khaled Cheikh Mohamed (KCM). Ce Pakistanais originaire du Baloutchistan et élevé au Koweït n’est pas un inconnu de la scène jihadiste quand il entre dans la sphère d’Oussama Ben Laden : il a combattu en Afghanistan jusqu’en 1992. À Peshawar, il s’est fait connaître pour ses réseaux de financement, et parvient ainsi à s’attacher plusieurs seigneurs de guerre afghans.

En 1994, il met au point un plan de détournements d’avions américains dans le Pacifique, qui échouera. Mais la cible et le modus operandi sont déterminés : lancer des avions de ligne contre des objectifs américains devient l’idée fixe de Khaled Cheikh Mohammed.

Sa réputation le précède donc quand il arrive à Tora Bora en 1996 pour présenter à Ben Laden ses projets. Avec son fort accent koweïtien, KCM suggère de viser plusieurs cibles américaines, dont le Pentagone, le Capitole, la Maison-Blanche, le QG de la CIA, du FBI et le World Trade Center.

« Psychopathe »

Abou Hafs est atterré par le plan et s’empresse de qualifier l’homme de « psychopathe directement sorti de l’asile ». Ce n’est pas l’avis de Ben Laden : séduit, le Saoudien nomme KCM chef des opérations spéciales d’Al-Qaïda.

Khaled Cheikh Mohamed après sa capture, en 2003.

Khaled Cheikh Mohamed après sa capture, en 2003. © AFP PHOTO/HO