Politique

RDC : des protégés de Kabila dans le viseur financier de Tshisekedi ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 10 septembre 2020 à 09h31
Le président congolais, Félix Tshisekedi.

Le président congolais, Félix Tshisekedi. © Kay Nietfeld/DPA via ZUMA Press/REA

Le président congolais Félix Tshisekedi s’appuie sur l’Inspection générale des finances pour décourager le détournement et la fraude et ainsi maximiser les recettes de l’État.

Selon nos informations, Félix Tshisekedi a personnellement demandé au mois d’août à l’Inspection générale des finances (IGF) de lancer des audits et des contrôles dans tous les secteurs les plus rentables pour l’État, mais aussi d’examiner les exonérations fiscales, non fiscales et douanières. L’IGF est dirigée par un proche du président, Jules Alingete Key. Cet ancien directeur de cabinet adjoint au ministère de l’Économie a longtemps officié au sein de cette structure avant d’en prendre la tête.

Activités présumées illégales

Plusieurs hauts responsables de l’ancienne administration de Joseph Kabila se trouvent dans le viseur de Félix Tshisekedi. Des protégés de l’ancien président mèneraient, selon son successeur, plusieurs activités soupçonnées d’être illégales et qui représenteraient un manque à gagner de plusieurs millions de dollars pour le Trésor public.

Le président a par ailleurs ordonné, la semaine dernière, la fermeture de tous les ports illégaux.

En mettant en place ce dispositif de répression, Félix Tshisekedi tient, selon son entourage, à décourager le détournement de recettes publiques.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte