Politique

[Chronique] Au Sénégal, le mécontentement enfle à mesure que les eaux montent

|

Par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Au Sénégal, les journalistes, à mots couverts, et les internautes, plus frontalement, se demandent ce que sont devenus les 766 milliards de francs CFA attribués au Programme décennal de lutte contre les inondations.

Au Sénégal, les journalistes, à mots couverts, et les internautes, plus frontalement, se demandent ce que sont devenus les 766 milliards de francs CFA attribués au Programme décennal de lutte contre les inondations. © Damien Glez

À saison pluvieuse spectaculaire, polémique exceptionnelle : au Sénégal, les réseaux sociaux et les médias bruissent d’interrogations sur l’emploi des fonds alloués au Programme décennal de lutte contre les inondations.

Pour comprendre l’ampleur de cette fin de saison pluvieuse sénégalaise déjà qualifiée d’exceptionnelle, il n’y a rien de plus explicite que le choc d’une image et le poids d’un chiffre. Mi-août, entre présumées fake news et fact-checking, un cliché montrait des élèves de l’école Pikine 20 B, dans la banlieue de Dakar, en train de composer leurs examens de fin d’année les pieds dans l’eau. Deux semaines plus tard, le ministre de l’Hydraulique, Serigne Mbaye Thiam, annonçait que les précipitations du week-end des 5 et 6 septembre derniers avaient dépassé, avec 124 millimètres, la pluviométrie de trois mois d’une saison des pluies normale.

Calamité et désolation

Comme dans la quasi-totalité de l’Afrique de l’Ouest – Niger, Nigeria, Mali ou Burkina –, les nuages qui ont survolé récemment le Sénégal ont déversé calamité et désolation : pertes en vies  humaines, habitations fissurées voire effondrées, hectares de terres cultivables englouties, animaux emportés par les torrents et risques de maladies et de famine.

En ce début de mois de septembre, il est trop tôt pour faire un bilan. L’heure est à la sempiternelle gestion de l’urgence, avec le plan Orsec d’organisation de la réponse de la sécurité civile déclenché par le président Macky Sall. Mais ceux qui ont encore le loisir d’écrire des articles et de poster sur les réseaux sociaux soulignent l’oubli présumé des serments et anticipent l’anesthésie des souffrances qui suit généralement ce genre de crise climatique. Si la saison 2020 semble exceptionnelle, les inondations dévastatrices sont légion dans l’histoire récente du Sénégal. Et certains habitants de la Teranga s’en souviennent.

Déguerpis et conscients des limites des autorités locales, des sinistrés indignés rappellent les promesses d’assainissement lancées par l’État au moment où les inondés choisissaient des zones d’habitation qui ne devaient pas être « à risque ». Quid des canalisations promises à l’achat des parcelles ? Quid des « investissements structurants pour l’assainissement des eaux pluviales » ou de la « restructuration des zones inondables » annoncés dans le programme du candidat Macky Sall ?

Polémiques à mots plus ou moins couverts

Il n’en fallait pas plus pour que des polémiques jaillissent de l’affliction détrempée. Les journalistes, à mots couverts, et les internautes, plus frontalement, se demandent ce que sont devenus les 766 milliards de francs CFA attribués, dès 2012, au Programme décennal de lutte contre les inondations.

Stoïques, les hauts responsables du pouvoir indiquent qu’environ 66 milliards étaient dévolus à la phase d’urgence de 2012-2013, un peu plus de 250 milliards à la phase de court terme, 2014-2016, et 450 milliards FCFA à celle de moyen et long termes, 2017-2022. Les porte-parole du programme invitent donc les Sénégalais à éponger avec patience et solidarité, en se gardant de toute accusation de détournement.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte