Politique

Cellou Dalein Diallo candidat à la présidentielle : les urnes et la rue, la double stratégie de l’UFDG

Réservé aux abonnés | | Par - à Conakry
Mis à jour le 07 septembre 2020 à 15h55
Cellou Dalein DIallo, lors de son investiture comme candidat de l'UFDG à la présidentielle, le 6 septembre 2020.

Cellou Dalein DIallo, lors de son investiture comme candidat de l'UFDG à la présidentielle, le 6 septembre 2020. © Diawo Barry pour JA

Investi dimanche 6 septembre par son parti, l’UFDG, Cellou Dalein Diallo a expliqué avoir été confronté à un dilemme, et assure que, s’il a décidé d’aller à l’élection, son parti continuera tout de même de participer aux manifestations.

« Élections ! Élections ! Élections ». Dans la salle, les militants chauffés à blanc sont présents depuis le matin. À la mi-journée, Cellou Dallein Diallo fait son entrée, en treillis kaki, chemise aux manches retroussées et casquette vissée sur la tête, accompagné de son épouse, Halimatou Dalein Diallo. Cette tenue, le patron de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) l’arbore habituellement lorsqu’il participe aux manifestations, ou lorsqu’il mène campagne à l’intérieur du pays.

À 68 ans, et pour la troisième fois consécutive, Cellou Dalein Diallo est cette fois venu annoncer qu’il allait, finalement, se prêter au jeu des urnes lors de la présidentielle prévue le 18 octobre prochain. Après avoir longtemps prôné le boycott du scrutin en cas de candidature d’Alpha Condé à un troisième mandat, il affirme avoir cédé à la pression de sa base.

« Vous me faites l’honneur de me demander de représenter notre parti à cette élection. Ai-je vraiment le choix lorsque les militants et responsables de notre parti, dans leur quasi-unanimité, me le demandent ? Quand les Guinéens, dans leur écrasante majorité, me font confiance, et fondent en ma modeste personne tout leur espoir comme ultime rempart face au pouvoir despotique et clanique d’Alpha Condé ? », interroge Cellou Dalein Diallo depuis la tribune.

Et d’y répondre : « C’est donc dans la foi de cet exaltant projet commun, celui de libérer notre pays de la dictature, que j’accepte votre décision de m’investir comme candidat de l’UFDG à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 ».

88 % de militants favorables à la candidature

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte