Dossier

Cet article est issu du dossier «[Série] 1960, l'année où l'Afrique s'est réveillée»

Voir tout le sommaire
Politique

Indépendances africaines – Seloua Luste Boulbina : « Le problème du présent, c’est qu’il hérite du passé »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 14 septembre 2020 à 14h13
La philosophe franco-algérienne Seloua Luste Boulbina travaille sur les questions coloniales et postcoloniales. Elle a notamment publié « Les Miroirs vagabonds ou la décolonisation des savoirs » (Les Presses du réel, 2018), « L’Afrique et ses fantômes, écrire l’après » (Présence africaine, 2015), « Les Arabes peuvent-ils parler ? » (Blackjack 2011/Payot Poche 2014), « Le Singe de Kafka et autres propos sur la colonie » (Sens Public, 2008/Les Presses du réel 2020).

La philosophe franco-algérienne Seloua Luste Boulbina travaille sur les questions coloniales et postcoloniales. Elle a notamment publié « Les Miroirs vagabonds ou la décolonisation des savoirs » (Les Presses du réel, 2018), « L’Afrique et ses fantômes, écrire l’après » (Présence africaine, 2015), « Les Arabes peuvent-ils parler ? » (Blackjack 2011/Payot Poche 2014), « Le Singe de Kafka et autres propos sur la colonie » (Sens Public, 2008/Les Presses du réel 2020). © Antoine Tempé

La philosophe franco-algérienne Seloua Luste Boulbina analyse le chemin parcouru en Afrique depuis six décennies, mais aussi le poids du déni et la survivance d’une forme d’idéologie coloniale.

Ancienne directrice de programme au Collège international de philosophie à Paris, la philosophe franco-algérienne Seloua Luste Boulbina travaille depuis des années sur les questions coloniales et postcoloniales, que ce soit dans leur dimension politique, intellectuelle ou artistique. Aujourd’hui chercheuse à l’université Diderot Paris 7 et installée en Nouvelle-Calédonie, elle analyse le chemin parcouru en Afrique depuis six décennies, mais aussi le poids du déni et la survivance d’une forme d’idéologie coloniale.

Jeune Afrique : Quel bilan peut-on tirer, soixante ans après, de ces indépendances en Afrique pour les États et les populations ?

Seloua Luste Boulbina : Ce sont les experts qui tirent des bilans. Si l’on prend le cas de l’une des plus anciennes colonies européennes sur le continent, l’Afrique du Sud, dont l’indépendance date du début du XXe siècle, on observe que les premières lois ségrégationnistes lui sont contemporaines. Les Européens y ont inscrit durablement une organisation raciale-coloniale puisque les dernières lois d’apartheid y ont été abolies en 1991. L’indépendance s’y est organisée au profit des colonisateurs et des colons.

À l’opposé, l’indépendance de l’Algérie, dans le nord du continent, autrefois colonie de peuplement, a vu le départ des Européens. Ils ne voulaient ni de l’égalité des droits, ni de l’égalité des niveaux de vie.

La suprématie blanche a été une politique coloniale de longue durée, multiforme, passant du système esclavagiste, qui « prélève » en Afrique des hommes-marchandises déportés des siècles durant dans les Amériques pour y produire la richesse de l’Europe, à l’extraction des ressources naturelles (minerais, bois, etc.) qui recourt au travail forcé et épuise physiquement et mentalement les populations par le maintien contraint dans la subalternité.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte