Elections

Alpha Condé candidat à un troisième mandat : retour sur un scénario écrit d’avance

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 02 septembre 2020 à 10h09
Alpha Condé, Conakry, le 6 août 2020, à la convention nationale du RPG au Palais du Peuple.

Alpha Condé, Conakry, le 6 août 2020, à la convention nationale du RPG au Palais du Peuple. © Cellou Binani / AFP

Après avoir longtemps joué la montre, le président guinéen est désormais officiellement candidat à un troisième mandat. Le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), son parti, a mis fin lundi à un faux suspense, tant l’issue semblait évidente.

C’est la fin d’un faux suspens qui aura duré plusieurs mois à Conakry. « Le président Alpha Condé sera bien notre candidat à l’élection présidentielle », a indiqué le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG-Arc en ciel) dans un communiqué lu à la télévision nationale RTG, lundi soir.

Pas d’investiture en grande pompe, ni de discours télévisé de la part de celui qui est, désormais, officiellement candidat à sa propre succession.

Pourtant, les 5 et 6 août, les militants et les cadres du Rassemblement pour la Guinée (RPG) avaient fait les choses en grand, à l’occasion de la convention du parti pour désigner « leur » candidat. Le Palais du peuple de Conakry s’était paré pour l’occasion des arcs-en-ciel sur fond jaune, qui servent d’emblème au parti présidentiel, pendant que les chants, danses et discours avaient rythmé ces deux journées de meeting.

À la tribune, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana vantait le bilan de celui qui préside aux destinées de la Guinée depuis 2010. « Nous sortirons victorieux sous le leadership du président Alpha Condé » avait il scandé tandis que, Amadou Damaro Camara, président de l’Assemblée nationale confiait à Jeune Afrique : « Au RPG, Il n’y a aucune place pour un dauphin du professeur Alpha Condé ». Tous pensaient alors que le « meilleur d’eux tous » allaient accepter leur proposition de devenir, le candidat de leur formation politique pour les élections présidentielles du 18 octobre 2020.

« Nous observions ce qui se passait en Côte d’Ivoire »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte