Économie

Net recul du bénéfice d’Ecobank en 2013

Par
Mis à jour le 2 mai 2014 à 14:49

En 2013, Ecobank a enregistré un produit net bancaire de 2 milliards de dollars, en hausse de 16% par rapport à 2012. Le groupe bancaire panafricain a néanmoins été confronté à une baisse de 34% de son bénéfice avant impôts, à 222 millions de dollars, et ne distribuera pas de dividendes à ses actionnaires.

Les actionnaires d’Ecobank ne recevront pas de dividendes pour le compte de l’exercice 2013. En cause : la forte chute des bénéfices réalisés par le groupe bancaire panafricain durant l’année écoulée.

Dans un communiqué publié sur son site internet, Ecobank indique avoir enregistré en 2013 une hausse de 16 % de son produit net bancaire sur un an à 2 milliard de dollars. Mais ce résultat ne s’est pas traduit par une augmentation des bénéfices du groupe panafricain. Bien au contraire, en 2013, le groupe bancaire a enregistré un bénéfice avant impôts de 222 millions de dollars, soit une chute de 34% par rapport à l’année précédente.

Créances douteuses

La crise à Ecobank

Tous nos articles ici

Cette contre-performance, a tenu à expliquer Albert Essien qui est devenu directeur général d’Ecobank en remplacement de l’ivoirien Thierry Tanoh après un long semestre de crise, reflète en partie le poids des provisions pour créances douteuses que le groupe bancaire a dû faire cette année. Elles ont atteint 362,6 millions de dollars en 2013, contre seulement 147,91 millions de dollars en 2012, soit une hausse de 145 %. « Une proportion importante de ces provisions portent sur certains actifs au Nigeria », a-t-il indiqué dans le communiqué du groupe bancaire, ajoutant que celui-ci avait pris la « décision prudente » de les provisionner entièrement.

Ecobank note toutefois avec satisfaction que les crédits et les dépôts du groupe bancaire ont crû respectivement de 21 % et 13 % sur l’année écoulée pour atteindre 11,4 milliards de dollars et 16,5 milliards de dollars.

Environnement

Revenant sur la performance globale de l’entreprise panafricaine, Albert Essien s’est réjoui du fait que « malgré un environnement difficile, l’accent mis sur l’efficacité opérationnelle dans l’ensemble de nos sites commence à porter ses fruits avec un coefficient d’exploitation en progression dans chacune de nos six zones géographiques ». Ecobank est présent dans 35 pays africains depuis l’ouverture en octobre 2013 d’un bureau de représentation en Ethiopie.