Politique

Paul Rusesabagina, opposant et héros controversé du film « Hôtel Rwanda », arrêté à Kigali

| Par
Mis à jour le 31 août 2020 à 11h55
Paul Rusesabagina arrêté.

Paul Rusesabagina arrêté. © DR

L’arrestation de Paul Rusesabagina a été annoncée ce lundi 31 août par le Rwanda Investigation Bureau.

Paul Rusesabagina a été arrêté au Rwanda et se trouve actuellement en garde à vue au commissariat de Remera, à Kigali. Inattendue, y compris au sommet de l’État rwandais, l’information a été rendue publique ce lundi matin via Twitter par le Rwanda Investigation Bureau (RIB).

Devenu l’un des opposants en exil les plus emblématiques, Paul Rusesabagina avait été pendant le génocide contre les Tutsi le directeur par intérim de l’hôtel des Mille Collines, dans la capitale rwandaise, où quelque 1 200 personnes menacées par les massacres avaient trouvé refuge. Son histoire avait été portée à l’écran en 2004 dans le film Hôtel Rwanda, dans lequel Don Cheadle interprétait son rôle.

Selon le RIB, « Paul Rusesabagina est soupçonné d’être le fondateur, le leader, et le principal financier de groupes armés terroristes adeptes de la violence, dont le MRCD [Mouvement rwandais pour le changement démocratique] et le PDR-Ihumure [Parti pour la démocratie], qui ont sévi dans toute la région ainsi qu’à l’étranger. »

Mandat d’arrêt international

Concernant son arrestation, un point important reste toutefois mystérieux : comment Paul Rusesabagina s’est-il retrouvé au Rwanda, lui qui s’y savait recherché ? Selon le RIB, qui évoque une arrestation permise par la « coopération internationale », l’ancien manager de l’hôtel des Mille Collines « faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international pour diverses charges dont le terrorisme, des incendies criminels, le kidnapping et le meurtre perpétrés contre des civils rwandais innocents sur le territoire du Rwanda ».

Lors d’une conférence de presse sur ce dossier, le porte-parole du Rwanda Investigation Bureau, le Dr Thierry Murangira, a refusé de citer les pays qui avaient permis la capture par les autorités rwandaises de Paul Rusesabagina, indiquant que cela pourrait entraver les investigations de la justice rwandaise.

« Personne ne saurait ôter la vie à des Rwandais et s’en tirer impunément », a-t-il ajouté.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte