Dossier

Cet article est issu du dossier «« Black Panther » : pourquoi l'Afrique en est-elle si fière ?»

Voir tout le sommaire
Cinéma

Décès de Chadwick Boseman, star de « Black Panther », terrassé par un cancer

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 29 août 2020 à 17h05
Chadwick Boseman, en février 2019.

Chadwick Boseman, en février 2019. © Jordan Strauss/AP/SIPA

L’Américain Chadwick Boseman, star du succès planétaire des studios Marvel « Black Panther », est décédé à 43 ans, après une bataille contre le cancer menée pendant quatre ans en privé, a indiqué vendredi son agent.

« Incarner le roi T’Challa dans Black Panther avait été le grand honneur de sa carrière », a affirmé sa famille dans un communiqué publié sur les comptes de Boseman sur les réseaux sociaux. « Il est mort chez lui, entouré de sa femme et de sa famille », ajoute le texte.

Diagnostiqué avec un cancer du colon en 2016, Chadwick Boseman n’avait jamais publiquement parlé de son état et avait continué à tourner sur les plateaux des grands films hollywoodiens tout en subissant « d’innombrables opérations et chimiothérapie », a encore précisé sa famille. « C’était un vrai combattant. Chadwick a persévéré à travers tout cela », ont ajouté ses proches dans le communiqué.

Premier super-héros noir

Avec « Black Panther » sorti en 2018, Boseman était devenu le premier super-héros noir à qui un film de la franchise Marvel était entièrement consacré. Réalisé par Ryan Coogler, « Black Panther » avait rassemblé, outre Boseman, un casting d’acteurs noirs parmi les plus prisés de Hollywood (l’oscarisée Lupita Nyong’o, Angela Bassett, Forest Whitaker, Daniel Kaluuya) et bénéficié d’un budget de production et de promotion faramineux.

Adaptation des aventures du premier super-héros noir créé par le studio Marvel Comics en 1966, le film raconte le combat mené par le roi T’Challa pour défendre sa nation de Wakanda, un pays africain prospère, accueillant des réfugiés et étendant sa technologie aux nations plus pauvres. Nominé pour l’Oscar du meilleur film – une première pour une adaptation de bande dessinée – et encensé par la critique, « Black Panther » avait généré plus d’un milliard de dollars de recettes au box-office. Ce film avait été célébré aux États-Unis comme un moment culturel important.

De Jackie Robinson à James Brown

Avant ce rôle, le plus important de sa carrière, Chadwick Boseman avait incarné la légende du baseball Jackie Robinson dans « 42 » de Brian Helgeland en 2013, le plus gros succès de l’histoire d’Hollywood pour un film de baseball. Il avait été loué aussi pour son interprétation du chanteur James Brown dans « Get on Up » de Tate Taylor en 2014.

Plus récemment, il était apparu dans « Da 5 Bloods » de Spike Lee. Il devait en outre reprendre le rôle de T’Challa dans un deuxième opus de « Black Panther » prévu pour 2022.

Né en Caroline du Sud, fils d’une infirmière et d’un petit entrepreneur, Chadwick Boseman avait aussi des origines au Sierra Leone.

« Il a inspiré plusieurs génération »

La nouvelle de sa mort a suscité des réactions émues au-delà d’Hollywood. Le candidat démocrate à l’élection présidentielle Joe Biden a aussitôt salué la mémoire de l’acteur. « Le vrai pouvoir de @chadwickboseman était supérieur à tout ce que nous avons vu à l’écran. De Black Panther à Jackie Robinson, il a inspiré plusieurs générations et leur a montré qu’on pouvait être tout ce que l’on désire – même des super-héros », a tweeté Joe Biden.

 

Sa colistière Kamala Harris a dit avoir « le coeur brisé » par le décès de la star, qui avait étudié comme elle à l’université Howard à Washington. « Il était brillant, bon, cultivé et humble », a-t-elle tweeté. Le dernier message posté par Boseman sur Twitter était justement, le 12 août, pour féliciter Kamala Harris de sa nomination.

La principale organisation américaine de défense des droits civiques, la NAACP, a félicité Boseman pour « avoir montré comment vaincre l’adversité avec grâce » et « marcher comme un roi, sans perdre le contact commun ».

Martin Luther King III, fils du célèbre militant pour les droits civiques, a salué un homme qui était « un superhéros pour beaucoup », tandis que la présentatrice de télévision Oprah Winfrey voyait en lui « une âme douce et douée » : « Nous montrer toute cette grandeur alors qu’il allait de chirurgies en chimiothérapies. Le courage, la force, le pouvoir qu’il faut pour faire ça. C’est ça, la dignité ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte