Diplomatie

Ibrahim Boubacar Keïta : les premières heures de liberté (relative) de l’ancien président malien

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 02 septembre 2020 à 08h46
Ibrahim Boubacar Keïta, en juin 2018 à Bamako.

Ibrahim Boubacar Keïta, en juin 2018 à Bamako. © Photo : Vincent Fournier/JA

Libéré dans la nuit du 26 au 27 août, Ibrahim Boubacar Keïta a pu regagner sa résidence personnelle de Sébénikoro. Il s’y repose beaucoup et téléphone à ses anciens homologues. Sous étroite surveillance.

S’il a pu regagner sa résidence personnelle de Sebenikoro, à Bamako, Ibrahim Boubacar Keïta n’est pas pour autant libre de ses mouvements. Selon nos sources, sa propriété familiale, qui comprend plusieurs villas, est étroitement sécurisée par les forces spéciales, lesquelles filtrent les entrées.

Toujours selon nos informations, plusieurs membres de la famille de l’ancien président et de la Première dame se sont vus refuser l’entrée par les militaires. Seuls son fils Bouba Keïta et son épouse, Aminata Maïga, qui résident tous deux sur place, peuvent ainsi être au côté d’IBK.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte