Cinéma

« La Nuit des rois », de Philippe Lacôte, sortira fin novembre en Côte d’Ivoire

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 02 septembre 2020 à 17h02
"La Nuit des rois" de Philippe Lacôte (2020)

"La Nuit des rois" de Philippe Lacôte (2020) © La Nuit des rois

Le nouveau film du réalisateur franco-ivoirien Philippe Lacôte, « La Nuit des rois », sortira en Côte d’Ivoire à la fin du mois de novembre. L’histoire d’un jeune détenu confronté aux luttes de pouvoir dans les entrailles de la Maca.

C’est le long-métrage ivoirien le plus attendu de l’année. La Nuit des rois, qui a un temps été intitulé Zama King, sera présenté le 7 septembre à la Mostra de Venise, avant d’être projeté aux festivals de Toronto et New York. Selon nos sources, le film du réalisateur Philippe Lacôte sortira sur les écrans ivoiriens à la fin du mois de novembre.

Ne vous fiez pas à son titre shakespearien. Certes, l’histoire respecte quasiment l’unité de temps et de lieu des planches de théâtre, et s’imprègne de fantastique, comme la pièce. Mais la comparaison s’arrête là. Philippe Lacôte conte l’histoire d’un jeune homme qui arrive à la Maca, la prison d’Abidjan, et se retrouve au milieu d’une lutte de pouvoir entre prisonniers pour savoir qui succèdera au chef des détenus, tombé malade.

Une métaphore de la situation politique

Filmé presque comme un huis clos, cette fiction fait l’impasse sur le fonctionnement de l’administration pénitentiaire pour se focaliser sur la société fabriquée par les prisonniers. C’est aussi une métaphore de ce que vit la Côte d’Ivoire au niveau politique.

Avec un budget de près de 2,4 millions d’euros (dont 300 000 euros de participation de l’État ivoirien, à travers le Fonsic) et plus de 200 salariés sur le tournage, c’est un pari important pour l’industrie cinématographique locale.

Si Isaach de Bankolé, un temps prévu au casting, n’a pu rejoindre l’équipe, on retrouvera le Français d’origine camerounaise Steve Tientcheu (remarqué dans Les Misérables, du Français Ladj Ly) et Bakari Koné, une jeune révélation ivoirienne, dans le rôle principal.

Triste ironie de l’histoire, Philippe Lacôte, qui suit dans son film des gangs de « microbes », s’est lui-même fait agresser à la machette par un de ces jeunes qui terrorisent les quartiers populaires d’Abidjan un soir de décembre 2019, alors que le long-métrage était en postproduction. S’il lui reste des séquelles, cela ne l’empêchera pas d’accompagner son œuvre dans les grands festivals de la rentrée.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte