Politique

Henri Konan Bédié a déposé sa candidature à la présidentielle en Côte d’Ivoire

En l’absence quasi assurée de Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié sera le principal adversaire du président Alassane Ouattara à la présidentielle du 31 octobre.

Mis à jour le 28 août 2020 à 12:48

Henri Konan Bédié, à Paris le 10 septembre 2019. © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Le match entre les deux éléphants de la politique ivoirienne aura donc bien lieu. Trois jours après Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié a déposé sa candidature à la présidentielle, jeudi 27 août en fin d’après-midi, au siège de la Commission électorale indépendante (CEI), à Abidjan.

Accueilli par les membres du bureau politique du Parti démocratique de Côte d’Ivoire – Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA), le « Sphinx de Daoukro » s’est entretenu avec le président de la CEI, Ibrahim Coulibaly-Kuibiert, et a fourni les documents nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle du 31 octobre.

À Lire Côte d’Ivoire : qu’est-ce qui fait courir Henri Konan Bédié ?

Parmi eux, plus de 94 000 parrainages citoyens, sésame désormais indispensable pour pouvoir se présenter à la magistrature suprême, le nouveau code électoral imposant aux candidats d’obtenir les signatures d’au moins 1% des électeurs dans la moitié des régions du pays.

Bédié in, Gbagbo out ?

À sa sortie de la CEI, face à la presse et à ses partisans, Bédié a affirmé que sa candidature serait celle de la réconciliation. « Cette candidature, je la confie au peuple ivoirien. Elle nous permettra de reconstruire une Côte d’Ivoire réconciliée avec elle-même, une Côte d’Ivoire de la paix, de la tolérance du dialogue et du développement », a déclaré l’ancien chef de l’État de 86 ans, qui rêve de revenir au pouvoir plus de vingt ans après avoir été renversé par un putsch, en 1999.

À Lire Côte d’Ivoire – Henri Konan Bédié : « Redevenir président ? Ce serait une revanche »

Fin juillet, Henri Konan Bédié avait été plébiscité comme candidat du PDCI-RDA par 99,7% des militants. De son côté, l’ex-président Laurent Gbagbo entend déposer aussi sa candidature, mais celle-ci n’a quasiment aucune chance d’aboutir. Toujours à Bruxelles dans l’attente de la fin de son procès devant la Cour pénale internationale (CPI), sans nouvelles de sa demande de passeport, le leader du Front populaire ivoirien (FPI) a été radié des listes électorales par la justice ivoirienne en raison de sa condamnation à vingt ans de prison dans l’affaire du « braquage » de la BCEAO.

Plus que quelques jours pour se présenter

En l’absence de Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié sera le principal rival du président sortant Alassane Ouattara, dont la candidature à un troisième mandat est contestée. Outre Ouattara et Bédié, deux autres candidats ont déposé leurs candidatures à la CEI : Pascal Affi N’Guessan, ex-Premier ministre de Gbagbo, et Kouadio Konan Bertin, un dissident du PDCI.

Les autres candidats ont jusqu’au lundi 31 août à minuit pour déposer leurs dossiers. La CEI a ensuite 72 heures pour les transmettre au Conseil constitutionnel, lequel devra présenter avant le 15 septembre la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle du 31 octobre.