Elections

Burkina Faso : « Le nouveau code électoral exclut une partie des Burkinabè »

Réservé aux abonnés | | Par
Dans un bureau de vote à Ouagadougou, lors du scrutin présidentiel du 29 novembre 2015.

Dans un bureau de vote à Ouagadougou, lors du scrutin présidentiel du 29 novembre 2015. © AP Photo/Theo Renaut

Les députés burkinabè ont adopté mardi un nouveau code électoral. Celui-ci prévoit qu’en cas de « force majeure ou de circonstances exceptionnelles », seuls les résultats des bureaux de vote ayant ouvert seront pris en compte. Pour Aziz Diallo, le député-maire de Dori, ce changement exclut les électeurs vivant dans les régions les plus touchées par l’insécurité.

C’est une modification majeure, apportée à quelques encablures seulement des élections présidentielle et législatives fixées au 22 novembre prochain. Adopté mardi 25 août par 107 députés sur 120 à l’Assemblée nationale, le nouveau code électoral prévoit notamment qu’en cas de « force majeure ou de circonstances exceptionnelles » empêchant d’organiser les scrutins sur une partie du territoire, les élections seront validées sur la base des résultats des bureaux de vote ayant ouvert.

Selon la majorité, ce texte doit permettre de sauvegarder les institutions et la démocratie, malgré la hausse de l’insécurité dans certaines zones du pays. Mais pour certains députés, ce nouveau code électoral est anti-démocratique et va priver de nombreux Burkinabè de leur droit de vote. Aziz Diallo, député-maire de Dori, dans la région du Sahel, l’une des plus touchées du pays, a voté contre ce texte. Il explique pourquoi.

Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous voté contre la modification du code électoral ?

Aziz Diallo : J’estime que le texte qui nous a été présenté n’est pas de nature à renforcer la démocratie et la cohésion sociale, déjà mises à rude épreuve dans notre pays. Ce texte va servir à légitimer des élections malgré le fait que des centaines de milliers de Burkinabè ne vont potentiellement pas pouvoir voter pour des raisons de sécurité. Avec ce texte, c’est comme si l’État leur disait : « Nous ne sommes pas en mesure d’assurer votre sécurité, vous ne pouvez pas voter, mais ne vous en faites pas, nous formons une seule et même nation burkinabè ». De facto, ce texte créé une catégorie de Burkinabè qui sera exclue du processus électoral.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte