Elections

Guinée : vers la fin du front commun contre un 3e mandat d’Alpha Condé ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 27 août 2020 à 16h53
Des manifestants contre la réforme constitutionnelle, en octobre 2019 à Conakry.

Des manifestants contre la réforme constitutionnelle, en octobre 2019 à Conakry. © Youssouf Bah/AP/SIPA

Alors que le dépôt des candidatures pour la présidentielle prend fin le 8 septembre, le front contre un troisième mandat d’Alpha Condé semble se déliter. À l’UFDG, des consultations sont même en cours en vue d’une éventuelle candidature de Cellou Dalein Diallo.

Coup de tonnerre chez les sympathisants du parti de Cellou Dalein Diallo. « Dans le cadre de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, la direction nationale du parti vous invite à lui communiquer votre avis sur la participation ou non à cette élection. » Le courrier adressé le 24 août aux bureaux fédéraux de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) par Aliou Condé, vice-président chargé des affaires politiques de l’UFDG, – dont le contenu s’est retrouvé quelques heures plus tard dans les médias et sur les réseaux sociaux –, a suscité l’incompréhension chez une partie des militants de la formation. Jusqu’à présent en effet, le mot d’ordre était clair : boycotter la présidentielle si Alpha Condé s’y présente pour briguer un troisième mandat.

Si le président guinéen n’a, pour le moment, pas encore officiellement fait acte de candidature, tout porte à croire que ce n’est plus qu’une question de temps. Son parti, le Rassemblement pour la Guinée (RPG–Arc-en-ciel), l’a désigné comme « l’unique candidat du RPG », le 6 août dernier. « Pour le moment, je prends acte », leur a répondu le chef de l’Etat, préférant réserver sa réponse, qu’il a conditionnée à une série de préalables. Mais pour ses partisans, l’issue est claire : il sera candidat.

Comment expliquer, alors, ce qui semble relever d’un éventuel changement de stratégie majeur au sein de l’UFDG ? « C’est un problème purement interne qui ne regarde pas la presse », balaie Aliou Condé, contacté par Jeune Afrique, visiblement mécontent que sa correspondance se soit retrouvée dans les journaux.

À moins de deux semaines de la fin du dépôt des candidatures pour la présidentielle du 18 octobre – les candidats ont jusqu’au 8 septembre pour se faire connaître –, cet appel à la démocratie interne au sein de l’UFDG augure-t-il d’un vrai changement de stratégie ? Et l’alliance de circonstance constituée au sein du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), dont l’UFDG est partie prenante, se maintiendra-t-elle si le mot d’ordre commun du boycott est abandonné ?

Une partie de l’UFDG favorable à un report

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte