Banque

Coup d’État au Mali : la BCEAO rouvre les vannes

Réservé aux abonnés | | Par
Siège de la BCEAO, à Bamako, en juin 2019.

Siège de la BCEAO, à Bamako, en juin 2019. © Vincent Fournier/JA

La Banque centrale explique avoir fermé trois jours ses agences pour des raisons de sécurité, après le coup d’État intervenu dans le pays le 18 août.

La crainte d’un étau financier se refermant sur le Mali se dissipe. Après une suspension de son activité pendant trois jours, en fin de semaine dernière, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a rouvert ses trois agences dans le pays, à Bamako, Mopti et Sikasso.

« L’ensemble de nos opérations ont repris normalement depuis lundi 24 août », a confirmé à Jeune Afrique la Banque centrale.

Protéger le personnel et les valeurs

La suspension des activités de la BCEAO, intervenue après le coup d’État mené par des militaires le 18 août qui a conduit à la démission du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), a été décidée pour des raisons de sécurité, afin de protéger le personnel de l’institution ainsi que les valeurs détenues dans les agences.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte