Politique

Centrafrique – Anicet-Georges Dologuélé : « Notre objectif ? Que Touadéra ne puisse pas tricher » 

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 24 août 2020 à 18h08
L’opposant Anicet-Georges Dologuélé a été désigné candidat par son parti, l’Union pour le renouveau centrafricain, à la présidentielle centrafricaine, dont le premier tour doit se tenir le 27 décembre.

L’opposant Anicet-Georges Dologuélé a été désigné candidat par son parti, l’Union pour le renouveau centrafricain, à la présidentielle centrafricaine, dont le premier tour doit se tenir le 27 décembre. © Vincent FOURNIER/JA

Investi candidat de son parti pour la prochaine présidentielle le 15 août, Anicet-Georges Dologuélé, chef de file de l’opposition, compte bien succéder à Faustin-Archange Touadéra. Offensif, il détaille sa stratégie à « Jeune Afrique ».

Anicet-Georges Dologuélé y avait cru, il y a presque cinq ans. Arrivé en tête du premier tour de la présidentielle, avec 23 % des voix, l’opposant centrafricain avait finalement été battu au second par Faustin-Archange Touadéra. Il avait alors dénoncé des fraudes massives en faveur de son concurrent de l’époque.

Ce 15 août, c’est donc un homme prudent qui a été désigné candidat par son parti, l’Union pour le renouveau centrafricain, à la présidentielle, dont le premier tour doit se tenir le 27 décembre. Prudent face aux dangers d’un scrutin tronqué par les groupes armés. Prudent, aussi, quant à un calendrier qu’il estime intenable.

Jeune Afrique : Au début du mois d’août, vous avez appelé vos concitoyens à la désobéissance civile. Qu’espérez-vous y gagner ?

Anicet-Georges Dologuélé : Nous avons un objectif simple : obtenir de meilleures conditions d’organisation des élections présidentielle et législatives. C’est dans cette optique que nous restons soudés au sein de la Coalition de l’opposition démocratique 20-20 (COD 20-20). Nous avons soutenu la société civile dans sa volonté de lancer une opération « ville morte » au début du mois de juillet, puis nous avons écrit au président Touadéra pour lui proposer d’organiser une concertation nationale, car nous pensons que l’Autorité nationale des élections ne remplit pas son rôle. Mais il n’a pas répondu. Il semble avoir davantage peur d’une concertation que des groupes armés. Nous passons donc à une autre phase.

Le président Touadéra semble avoir davantage peur d’une concertation que des groupes armés

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte