Technologie

Pourquoi l’internet algérien mouline-t-il ?

Réservé aux abonnés | | Par
Le Raymond-Croze, navire câblier d'Orange Marine en charge des interventions sur la partie algérienne de Sea-Me-We 4.

Le Raymond-Croze, navire câblier d'Orange Marine en charge des interventions sur la partie algérienne de Sea-Me-We 4. © Twitter/Orange Marine/2020

Privée d’un internet fiable depuis six jours, l’Algérie prend à nouveau conscience de la faiblesse de son réseau, vieillissant et peu résilient.

Les internautes algériens doivent s’armer de patience depuis six jours pour accéder à leurs sites web et applications favoris. Depuis le 19 août au soir, le réseau internet fonctionne en effet à 70 % de ses capacités, selon un rapport publié par l’ONG Netblocks, spécialisé dans la surveillance de la qualité des connexions dans le monde. Le ralentissement général attise la colère des gamers et touche l’ensemble des opérateurs nationaux (Algérie Télécom, Djezzy, Mobilis et Ooredoo).

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte