Politique

Coup d’État au Mali : qui sont les hommes qui ont fait tomber IBK ?

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 20 août 2020 à 19h12
Le colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du CNSP, au centre, lors d’un point presse au camp de Kati, le 19 août 2020.

Le colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du CNSP, au centre, lors d’un point presse au camp de Kati, le 19 août 2020. © /AP/SIPA

Réunies au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), plusieurs figures se détachent parmi les militaires putschistes.

Bamako s’est réveillée ce 19 août sans président, mais avec de nouveaux hommes forts. Tard dans la nuit, Ibrahim Boubacar Keïta a présenté sa démission au terme d’une journée de tensions. Arrêté dans l’après-midi avec son Premier ministre, Boubou Cissé, dans sa résidence à Sébénikoro, le désormais ex-président a été conduit au camp militaire de Kati, où il se trouvait toujours ce mercredi.

C’est de là, à une dizaine de kilomètres de la capitale, que le coup d’État a débuté, lorsque des militaires ont fait irruption dans le camp d’où était parti, déjà, le putsch de 2012. C’est en effet dans ce même camp Soundiata-Keïta qu’est né le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État (CNRDRE), le 22 mars 2012, qui a porté à la tête du pays le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Des haut gradés à la manœuvre

Le Comité national du salut du peuple (CNSP), lors d'une allocution télévisée, le 19 août 2020. De gauche à droite : Modibo Koné, Assimi Goïta, Ismaël Wagué, Malick Diaw, Sadio Camara.

Le Comité national du salut du peuple (CNSP), lors d'une allocution télévisée, le 19 août 2020. De gauche à droite : Modibo Koné, Assimi Goïta, Ismaël Wagué, Malick Diaw, Sadio Camara. © Capture d’écran YouTube

Il existe cependant de nombreuses différences entre les hommes qui ont mené le coup d’État de 2012 et ceux qui sont derrière celui qui vient de se produire. Car si, à l’époque, c’était des sous-officiers qui étaient à la manœuvre, cette fois, ce sont des militaires plus haut gradés.

Visiblement très organisés, ils sont apparus sur les écrans de l’ORTM avec un texte minutieusement préparé, au contenu clair. Les Maliens ont alors découvert le visage des nouveaux « hommes forts » de la junte qui venait de pousser IBK à la démission.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte