Archives

Les écoles les plus prisées

Par
Mis à jour le 15 octobre 2007 à 20:52

Dans la jungle des formations post-baccalauréat basées en Afrique, un certain nombre jouissent désormais d’une bonne réputation auprès des professionnels. Voici leurs principales recommandations.

Commerce-gestion
Appuyée par les meilleures formations françaises en commerce, l’Esaa d’Alger devrait rapidement devenir une référence au Maghreb. En Afrique de l’Ouest, l’ISM de Dakar, partenaire de HEC, est le nom qui revient le plus souvent. Le Sénégal regroupe aussi d’autres filières de qualité comme le Cesag. En Côte d’Ivoire, l’ESCAE d’Abidjan maintient le rang d’un pays pionnier dans le secteur des formations privées.
École supérieure algérienne des affaires d’Alger (Esaa) – www.esaa.dz
– Institut supérieur du management (ISM) de Dakar – www.ism.sn
– Centre africain d’études supérieures en gestion (Cesag) de Dakar – www.cesag.sn
– École supérieure de commerce et d’administration des entreprises (ESCAE) d’Abidjan – www.inphb.edu.ci
– École des hautes études en gestion, informatique et communication de Casablanca (Edhec)- www.edhec.ac.ma
– École supérieure internationale de gestion (Esig) – www.esigmaroc.com
– École supérieure des sciences économiques et commerciales de Tunis (Essect) – www.essect.rnu.tn
– Institut supérieur de gestion de Tunis (ISG) – www.isg.rnu.tn

Ingénieurs
Plus orientées télécoms et informatique, SupCom et l’école privée Esprit offrent un choix de qualité en Tunisie. Au Sénégal, Sonatel entretient des relations privilégiées avec l’École supérieure polytechnique de Dakar et l’ESMT.
– École supérieure des communications (SupCom) de Tunis – www.supcom.mincom.tn
– École supérieure privée d’ingénierie et de technologie (Esprit), Tunis – www.esprit.ens.tn
– École supérieure multinationale des télécommunications (ESMT) de Dakar – www.ensa-agadir.ac.ma
– École supérieure polytechnique (ESP) de Dakar (biologie appliquée, génies chimique, électrique et informatique) – http://esp.e-ucad.sn

Génie civil et BTP
Pour les ingénieurs et les techniciens en génie civil, Sogea Satom recrute volontiers parmi les élèves de l’école Hassania au Maroc, du 2IE au Burkina Faso, de l’École polytechnique de Thiès, au Sénégal, et de celle de Yaoundé, au Cameroun.
– École supérieure polytechnique (ESP) de Thiès (génies civil et mécanique) – http://esp.e-ucad.sn
– École Hassania des travaux publics (EHTP), Casablanca – www.ehtp.ac.ma
– Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2IE) de Ouagadougou – www.2ie-edu.org
– École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé – www.enspy.org
– École nationale des sciences appliquées d’Agadir (Ensa) – www.ensa-agadir.ac.ma

Universités
Malgré les handicaps fréquemment cités, elles sont quelques-unes qui tirent leur épingle du jeu et dont les responsables de recrutement interrogés ont une assez bonne opinion. Citons les facultés du Caire, de Ougadougou, de Dakar, de Cotonou, de Yaoundé. Pour l’Afrique anglophone, Lagos au Nigeria, Stellenbosh et Wits en Afrique du Sud sont des valeurs sûres.
– Université de Ougadougou – www.univ-ouaga.bf
– Université de Yaoundé – Site en cours de réalisation
– Université d’Abomey-Calavi (UAC) de Cotonou www.uac.bj.refer.org