Livres

Dans « Sublime Royaume », Yaa Gyasi explore les questions de transmission et d’héritage au cœur de la famille

Réservé aux abonnés | | Par
Yaa Gyasi est l'auteure de "Homegoing", retitré en français "No home".

Yaa Gyasi est l'auteure de "Homegoing", retitré en français "No home". © Basso CANNARSA/Opale/Leemage

Après le succès de « No home », récit sur sept générations, Yaa Gyasi publie « Sublime Royaume ». En s’intéressant aux relations familiales dans le cadre cette fois d’un huis clos mère-fille entre le Ghana et les États-Unis.

« La famille est comme la forêt : si tu es dehors, elle est dense ; si tu es dedans, tu vois que chaque arbre a sa place », dit le proverbe akan en préface du premier roman de Yaa Gyasi, Homegoing, retitré en français « No home ». Cette saga familiale retrace les trajectoires de demi-sœurs et leurs descendants depuis le pays fanti et ashanti, au XVIIIe siècle, jusqu’aux États-Unis des années 2000. Elle a propulsé l’autrice, à 27 ans, sur la scène littéraire internationale.

Déclenchée, raconte-t-elle, par un séjour en 2009 au Ghana, son pays de naissance qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans, l’écriture de ce récit plonge, par l’intime, dans les ressorts de l’Histoire. Sans intention pédagogique : « Je ne pense pas que ce soit le rôle d’un écrivain de parler de l’Histoire à travers la fiction ou de changer le monde, considère celle qui a toujours voulu être auteure. Le mieux que l’on puisse espérer est une littérature avec une certaine résonance émotionnelle. »

Dynamique fascinante

« Sublime Royaume », de Yaa Gyasi, a été traduit en français par Anne Damour. Il est paru aux éditions Calmann-Levy le 19 août (324 pp. 20,90 euros). Il sortira aux États-Unis en septembre.

Et Yaa Gyasi a le talent nécessaire pour décrire les émotions, pour que les personnages s’incarnent aisément, que ce soit par un récit choral dans No home ou dans l’intimité du « je » utilisé dans Sublime Royaume. Elle y explore à nouveau les relations de filiation avec perspicacité, cette fois entre une mère et sa fille. « C’est une dynamique fascinante, confie-t-elle. Il y a tant à dire sur les attentes, les ombres, la tendresse, le devoir et l’héritage. »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte