Diplomatie

France-Émirats : les noces guerrières d’Emmanuel Macron et MBZ

Réservé aux abonnés | | Par et
Mis à jour le 18 août 2020 à 15h07
Le président français Emmanuel Macron, à droite, avec le prince héritier des Émirats arabes unis, Mohamed Ben Zayed, avant une réunion à l'Élysée, à Paris, le 21 juin 2017.

Le président français Emmanuel Macron, à droite, avec le prince héritier des Émirats arabes unis, Mohamed Ben Zayed, avant une réunion à l'Élysée, à Paris, le 21 juin 2017. © Thibault Camus/AP/SIPA

Entre les ventes d’armes, l’opposition à l’islam politique et à l’activisme turc, Paris et Abu Dhabi ont développé des relations privilégiées. Une amitié qui se cultive au sommet du pouvoir, dans un tout petit cercle : « La cellule diplomatique de l’Élysée, Jean-Yves Le Drian et le président ».

À Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, la France a imprimé sa marque sur le paysage. Depuis le pont Sheikh Khalifa, on peut désormais embrasser du regard trois lieux emblématiques du rayonnement français dans la pétromonarchie.

À l’ouest, la base navale de Mina Zayed, qui abrite l’état-major interarmées des Forces françaises. À l’est, flottant telle une méduse d’acier sur les bords de mer, le joyau de Jean Nouvel, le Louvre Abu Dhabi, qui a accueilli plus de deux millions de visiteurs depuis son ouverture, en novembre 2017. Au sud, l’université Paris-Sorbonne Abu Dhabi, qui a vu passer sous son dôme près de 2000 étudiants depuis sa création en 2006.

Défense, culture et éducation : ces trois piliers de la coopération franco-émirienne inspirent à Ludovic Pouille, ambassadeur de France aux Émirats de 2017 à 2020, l’image d’un « triangle d’or ». Lorsqu’il présente ses vœux à la veille de l’année 2019, la France brille en effet au firmament de la pétromonarchie : Abu Dhabi a décidé de réintroduire l’apprentissage du français dans les écoles publiques et s’apprête à accéder au statut de membre associé de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Côté économie, il y a la signature d’un accord d’investissement avec Mudabala, le fonds souverain émirati, qui promet un milliard d’euros pour le fonds Lac d’Argent destiné à soutenir le capital des entreprises françaises cotées.

Au commencement était Total

Et puis il y a Total, qui fête 80 ans de présence sur ces rives du Golfe persique, forant dans son riche sous-sol avant même que les Émirats ne deviennent une nation, en 1971. Total qui détient de nombreuses participations dans des concessions à terre et en mer, et qui en 2018, a renouvelé son partenariat sur l’offshore avec ADNOC (Abu Dhabi National Oil Company) pour les 40 prochaines années. Total qui, en négociant sa présence pour les décennies à venir, aurait motivé la création de la base militaire.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte