Cinéma

« Mignonnes », de Maïmouna Doucouré : un coup de poing contre les injonctions faites aux filles

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 19 août 2020 à 17h26
« Mignonnes », de la réalisatrice Maïmouna Doucouré, décrit sans lourdeur deux systèmes antagonistes qui s’imposent aux femmes en devenir : la tradition et les réseaux sociaux.

« Mignonnes », de la réalisatrice Maïmouna Doucouré, décrit sans lourdeur deux systèmes antagonistes qui s’imposent aux femmes en devenir : la tradition et les réseaux sociaux. © Bien ou Bien Productions

Dans un long métrage brillant et parfois dérangeant, la réalisatrice renvoie dos à dos les traditions et les réseaux sociaux, dénonçant leur emprise sur les jeunes adolescentes.

Mignonnes pose une question simple, mais ardue : comment devenir une femme dans la société d’aujourd’hui ? Pour y répondre, le film propose de se glisser dans la peau d’une petite fille de 11 ans, durant 1h35. Cette fillette, c’est Amy (interprétée par Fathia Youssouf, lumineuse), pas encore sortie de l’enfance, pas encore entrée dans l’âge adulte. Longue, mince, enveloppée dans des sweats et des jeans informes, cette brindille parisienne qu’on imagine d’origine sénégalaise est ébranlée coup sur coup par plusieurs événements. Son père absent (et qu’on ne verra pas pendant tout le film) va prendre une seconde épouse. Et, dans son nouvel établissement scolaire, elle rencontre un groupe de gamines biberonnées aux réseaux sociaux qui créent des chorégraphies lascives pour un concours de danse.

Rigueur et privation

Sans lourdeur, la réalisatrice Maïmouna Doucouré décrit deux systèmes antagonistes qui s’imposent aux femmes en devenir. Il y a d’abord celui de la tradition, qu’elle avait commencé à explorer dans son premier court métrage professionnel, Maman(s), présenté dans plus de 200 festivals et primé presque partout, notamment aux César, en 2017. On y trouvait déjà une famille polygame, une première épouse (également interprétée par Maïmouna Gueye) dévastée par l’arrivée d’une seconde femme dans le foyer, et une fillette encaissant la nouvelle, cachée sous le lit parental.

‘mougn’, ‘supporte’, par respect de Dieu, pour le bien de tes enfants… »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte