Banque

Le gouvernement ivoirien adopte le plan de restructuration du secteur bancaire public

La Banque pour le financement de l'agriculture (BFA) sera cédée en totalité à des investisseurs sans recapitalisation préalable. © Olivier pour J.A.

Comme annoncé fin avril par "Jeune Afrique", le Conseil des ministres de la Côte d'Ivoire, réuni le 5 mai à Abidjan, a adopté le plan de restructuration du secteur bancaire public.

Comme annoncé fin avril par « Jeune Afrique », le Conseil des ministres de la Côte d’Ivoire, réuni le 5 mai à Abidjan, a adopté la communication de Kaba Nialé, la ministre déléguée auprès du Premier Ministre chargée de l’Économie et des Finances, portant sur la restructuration du secteur bancaire public.

Giron

Le schéma adopté de l’État ivoirien est identique à celui dévoilé par Jeune Afrique à la fin du mois dernier. Ainsi, des sept banques ivoiriennes concernées, trois resteront dans le giron public – la Banque nationale d’investissement (BNI), la Caisse nationale des caisses d’épargne (CNCE) et la Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire (BHCI).

La Banque pour le financement de l’agriculture (BFA) et Versus Bank, jusqu’à présent entièrement détenues par l’État, seront cédées en totalité à des investisseurs, sans recapitalisation préalable. Enfin, l’État ivoirien compte se défaire des parts minoritaires qu’il détient dans la Société ivoirienne de banque (SIB) et dans la BIAO.

>>>>> Les détails du plan de restructuration du secteur bancaire public ivoirien

Pour aller plus loin :

Côte d’Ivoire: ces 15 entreprises publiques dont l’État veut se débarasser

Côte d’Ivoire : Adieu fardeaux, adieu fleurons

Daniel Kablan Duncan : « N’en demandez pas trop à la Côte d’Ivoire »

Désengagement et… accompagnement

« Il y a deux logiques : certes, nous sommes dans une économie libérale et l’État poursuivra sa stratégie de désengagement dans les secteurs productifs au profit du privé ; mais l’Etat gardera une présence dans le secteur bancaire pour accompagner ses activités et financer le développement du pays », a confié Bruno Koné, porte-parole du gouvernement, à l’issue du Conseil des ministres.

En attendant, le gouvernement n’a toujours pas dévoilé le calendrier de l’opération. Les équipes du ministère de l’Économie et des Finances poursuivent leurs réflexions sur la valorisation de ces établissements et du calendrier des cessions.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte