Sécurité

Côte d’Ivoire : cinq morts après plusieurs jours de violences

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 15 août 2020 à 12h14
Des policiers interpellent un manifestant lors des rassemblements contre une nouvelle candidature d’Alassane Ouattara, à Abidjan le 13 août 2020.

Des policiers interpellent un manifestant lors des rassemblements contre une nouvelle candidature d’Alassane Ouattara, à Abidjan le 13 août 2020. © REUTERS/Luc Gnago

Cinq personnes sont mortes après plusieurs jours de violences liées à l’annonce de la candidature à un troisième mandat du président Alassane Ouattara, a annoncé le gouvernement, appelant à « la retenue ».

Les manifestations ont engendré « de nombreux dérapages qui ont causé cinq morts et 104 blessés », a fait savoir le ministre de la Sécurité et de la protection Civile, le général Diomandé Vagondo, dans un nouveau communiqué publié vendredi soir.

« Dix policiers et deux gendarmes » comptent parmi les blessés, selon le ministre ivoirien, qui annonce « un retour au calme sur toute l’étendue du territoire national ». Et « 68 personnes ont été interpellées pour troubles à l’ordre public, incitation à la révolte, violence sur les forces de l’ordre et destruction de biens d’autrui », au cours de ces manifestations.

« Le calme est revenu à Gagnoa »

Un peu plus tôt, la police avait annoncé un mort dans des heurts à Gagnoa, ville natale de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. « Nous déplorons un tué dans des affrontements dans la nuit d’hier à aujourd’hui entre des pro et anti-troisième mandat », a déclaré le maire de Gagnoa, Yssouf Diabaté. « Il y a eu des blessés de part et d’autre », a-t-il poursuivi, affirmant que « le calme est revenu ».

Selon le communiqué du gouvernement, trois personnes ont été tuées lors des violences survenues à Daoukro, bastion de l’ancien président Henri Konan Bédié, également candidat à la présidentielle d’octobre. Les sièges du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) comme du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti présidentiel) y ont été saccagés mercredi.

« Tout en déplorant ces actes de vandalisme et leurs conséquences dommageables, le gouvernement appelle l’ensemble des populations à la retenue », conclut le communiqué du général Diomandé Vagondo.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte