Politique

Mali : pourquoi la médiation de Goodluck Jonathan piétine

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, le 23 juillet 2020 à Bamako, où il conduit une médiation pour tenter de sortir de la crise.

L’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, le 23 juillet 2020 à Bamako, où il conduit une médiation pour tenter de sortir de la crise. © MICHELE CATTANI / AFP

La tentative du médiateur de la Cedeao, Goodluck Jonathan, de réunir le président Ibrahim Boubacar Keïta et les leaders du mouvement de contestation a échoué. La mission de l’ancien président nigérian s’achève sans grandes avancées. Explications.

De retour de Nioro (non loin de la frontière mauritanienne), où il a échangé avec le chef religieux Bouyé Haïdara le 12 août, Goodluck Jonathan a poursuivi sa tentative de médiation à Bamako, où il a rencontré des représentants de la majorité présidentielle ainsi que des leaders du Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), qui réclame toujours la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

Une liste de conditions

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte