Télécoms

Angola : Isabel dos Santos quitte son bastion Unitel

Réservé aux abonnés | | Par
Isabel dos Santos à Porto, le 5 mars 2015.

Isabel dos Santos à Porto, le 5 mars 2015. © Paulo Duarte/AP/SIPA

La femme d’affaires se retire du conseil d’administration du navire amiral de son empire, passé sous le contrôle de Sonangol, la compagnie nationale pétrolière.

C’est un départ très symbolique. Dans un communiqué envoyé le 11 août, Isabel dos Santos indique qu’elle quitte le conseil d’administration de l’opérateur de téléphonie angolais Unitel, pourtant l’un des fleurons de son empire.

Ce retrait est une nouvelle illustration de la perte d’influence de celle qui était surnommée « la Princesse », détentrice via la société Vidatel de 25 % d’Unitel et devenue la première femme africaine milliardaire en 2013.

Symbole de la réussite angolaise sous l’ère dos Santos, la femme d’affaires est en difficultés depuis le départ de son père, José Eduardo dos Santos, de la présidence angolaise en septembre 2017.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte