Économie

Le business contrarié d’Adama Bictogo au Sénégal

Réservé aux abonnés
Par - à Dakar, avec Baudelaire Mieu, à Abidjan
Mis à jour le 18 août 2020 à 15:09

Homme politique, Adama Bictogo est également à la tête de plusieurs entreprises. © © Olivier pour JA

Le projet de construction d’université à Diamniadio a viré à la débâcle. Ce n’est pas le premier échec sénégalais pour l’Ivoirien Adama Bictogo.

La structure dénudée semble n’avoir pas changé depuis 2017. À Diamniadio, future « cité de l’émergence », elle sort à peine de terre au bord de l’autoroute et à quelques encablures de la flambant neuve Dakar Arena. Lancé en 2016, le chantier de ce qui doit devenir l’Université Amadou Mahtar Mbow de Diamniadio aurait dû être livré en 2017, pour la rentrée des classes estudiantine.

Trois ans plus tard, les bâtiments ne sont encore qu’un quadrillage de piliers en béton, les travaux sont à l’arrêt et le projet, très contesté pour sa lenteur, a été retiré au groupement d’entreprises que menait Marylis BTP, entreprise dirigée par Adama Bictogo, également à la tête du groupe ivoirien Snedai.

Le dirigeant ivoirien fait valoir un projet réaménagé en cours de travaux avec des surcoûts et des retards à la clé. Les autorités sénégalaises, elles, pointent la lenteur des travaux et questionnent la compétence des entreprises.

Les fondations de la discorde

Pour comprendre le nœud du problème, il faut remonter aux premiers coups de pelleteuse. Alors que les travaux de terrassement débutent en 2016, l’étude des sols laisse apparaître un site argileux gonflant, incompatible avec des fondations basiques.