En campagne

Côte d’Ivoire : comment Alassane Ouattara a accéléré sa candidature

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Arrivée de Alassane Ouattara au conseil politique du RHDP, le 29 juillet 2020.

Arrivée de Alassane Ouattara au conseil politique du RHDP, le 29 juillet 2020. © REUTERS/Luc Gnago

S’il avait prévu d’attendre au minimum le 16 août pour annoncer sa candidature à la présidentielle d’octobre, Alassane Ouattara a finalement revu sa stratégie. Récit de ce changement de dernière minute.

Lorsque, le 29 juillet, lors du conseil politique du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), les militants le sollicitent pour briguer un troisième mandat, Alassane Ouattara veut rester maître de son calendrier : il n’a pas l’intention d’annoncer sa candidature avant le 16 août, date prévue pour la cérémonie musulmane du 40e jour suivant le décès de son ancien Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly.

Mais ce plan, qui aurait selon nos sources mené le président à se porter candidat à la fin du mois d’août lors d’une visite à l’intérieur du pays, a été bouleversé.

D’abord, ladite visite a été repoussée au mois de septembre. Surtout, les communicants du RHDP ont convaincu le chef de l’État d’abréger la période de deuil et d’accélérer son calendrier, afin de procéder à une investiture à la fin du mois d’août.

Un discours, deux enregistrements

Le 5 août, lors du conseil des ministres, Alassane Ouattara a donc décidé. Il profitera de son discours à la nation du 6 août, veille de la célébration de l’indépendance du pays, pour faire son annonce.

Il précise en outre à ses ministres les grandes lignes de sa future allocution, notamment une décision phare : la remise en liberté des prisonniers proches de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, arrêtés en décembre 2019.

L’allusion à une libération des pro-Guillaume Soro disparaît finalement de l’allocution

Le chef de l’État enregistre donc ce 5 août une première version de son discours à la nation, prévu pour être diffusé le lendemain dans la soirée. Mais celui-ci ne le sera pas : selon nos informations, après le visionnage de cette première mouture, Alassane Ouattara et son équipe décident de modifier certains passages.

Les stratèges du RHDP optent pour un nouvel enregistrement. C’est lors de ce dernier, le 6 août, que l’allusion à une libération des pro-Guillaume Soro disparaît.

Selon nos sources, le président a fini par se ranger à l’avis de certains de ses conseillers, lesquels estimaient que les prisonniers concernés devaient se contenter de la voie légale, en déposant des demandes régulières de mise en liberté provisoire auprès de la justice.

Alors que cet enregistrement est en train d’être finalisé, le directoire du RHDP s’organise quant à lui en coulisses pour populariser l’annonce de la candidature, en conviant les militants à une retransmission en direct dans des lieux publics.

Les cadres du parti sont sollicités pour mobiliser au moins 5 000 personnes par site – une façon de montrer le caractère populaire et festif de la décision du chef de l’État.

La même équipe de campagne

La campagne pour la présidentielle démarrera officiellement en octobre, mais Alassane Ouattara a déjà prévu de lancer sa pré-campagne au début du mois de septembre, à l’occasion d’une visite d’État dans la Marahoué (Centre-Ouest) et le Moronou (Centre-Est). Le président candidat, qui sera investi par son parti le 20 août à Yamoussoukro, devrait y annoncer une partie de son programme.

Le président-candidat n’a en tout cas pas prévu de chambouler l’équipe de campagne qui devait entourer Amadou Gon Coulibaly. Le même quatuor sera à la manœuvre politique : le Premier ministre Hamed Bakayoko, le ministre d’État et secrétaire générale de la présidence Patrick Achi, le président du Sénat Jeannot Ahoussou-Kouadio et le directeur exécutif du RHDP Adama Bictogo.

Le communicant ivoirien Fabrice Sawegnon, lequel a déjà géré la campagne victorieuse de 2010, et son groupe Voodoo assureront quant à eux les grands axes de communication de la campagne, sur laquelle Alassane Ouattara souhaite garder la main.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte