Politique

Ce que l’on sait de la double explosion qui a frappé Beyrouth

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 06 août 2020 à 22h50
Bilal Jawich/ CHINENOUVELLE/SIPA

© Bilal Jawich/ CHINENOUVELLE/SIPA

Nombre de victimes, causes possibles, organisation de l’aide internationale…. deux jours après la catastrophe qui a frappé en plein cœur la capitale libanaise, les premiers éléments d’une enquête qui s’annonce longue.

Beyrouth est sous le choc. Ce mardi 4 août – une date déjà considérée comme « le 11 septembre libanais » – une double explosion a eu lieu vers 18 heures, heure locale.

Le lendemain, le pays se réveille en état d’urgence. Il découvre une ville spectrale qui semble sortir d’un lourd bombardement. L’horizon a changé. Il n’y a plus de grues de chantier, plus de hangars industriels. Il ne reste que le cratère de l’explosion et les squelettes des navires brûlés.

Crucial pour l’approvisionnement d’un pays qui dépend à 80% de ses importations maritimes, le port n’est plus là. Le centre-ville non plus. Le bâtiment effondré devenu le symbole de la « nakba » libanaise, la « catastrophe nationale » évoquée par le gouverneur de Beyrouth en larmes, contenait les réserves de céréales pour toute la population.

Pour une nation qui traverse la pire crise économique de son histoire, le risque de pénurie alimentaire est aujourd’hui réel. La capitale est à reconstruire. Comment en est-on arrivé là ?

  • Deux explosions en quelques minutes

Les premières vidéos circulant sur les réseaux sociaux comparaient le nuage en forme de champignon que l’explosion a produit avec celui créé par le bombardement atomique de Nagasaki. Mais l’hypothèse d’une attaque armée a été rapidement exclue par les autorités.

 

Plusieurs théories ont circulé, parmi lesquelles l’explosion d’un entrepôt de feux d’artifice. Un hangar de ce type se situait en effet dans la zone du port, comme l’a confirmé Badri Daher, directeur des douanes locales. Ce qui est sûr, c’est qu’une première déflagration a été entendue vers 18 heures et a provoqué un incendie.

Les deux déflagrations sont équivalentes à un séisme de 3,3 sur l’échelle de Richter

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte